Stress-défense : 3 habitudes de Maître du Je(u)

Stress-défense : 3 habitudes de Maître du Je(u)

Il était une fois, au pays de la stress-défense, une trilogie d’habitudes pour lutter contre l’envahisseur, le grand méchant burn-out. 
Cet épuisement envahissant qui contamine les populations salariées, étudiantes, soignantes, entrepreneuriales, mumpreneuriales… personne n’est épargné, alors que des habitudes (simples) existent pour se préserver !

Alors oui tu le sais, je ne suis pas adapte des articles à liste, mais j’aime beaucoup les trilogies, et quand Olivier Roland invite à partager des habitudes de stress-défense je ne pouvais pas ne pas rejoindre cette belle aventure de sensibilisAction ! 

En plus de ton guide de Maître du Je(u) qu’est « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études« , Olivier propose sur son site Habitudes Zen un e-book gratuit spécial Stress Fighters : le guide « Zen et Heureux ». Le télécharger est un acte de stress-défense 😉

Associé à ton guide de Stress Fighter « Burn-out, les règles du je(u)« , tu peux même éviter de te cramer une vie…

Une quête personnelle qui rejoins l’article pédagogeek Retravaillez l’interface de votre vie (traduction d’un article de Léo Babauta par Olivier Roland), un article d’Habitudes Zen dont j’avais proposé une relecture geek au tout début de mon aventure efferveSciente. 

Et aujourd’hui c’est dans le cadre d’un événement interblogueur qu’Olivier souhaite partager les habitudes indispensables pour être zen au quotidien. Une aventure collaborActive pour infuser & diffuser les meilleurs outils dans lesquels tu pourras piocher pour cultiver ta zenitude de Maître du Je(u) ! 

C’est partie pour ma trilogie efferveSciente & stress-défense ! 

Mettre du Je(u) 

LA base. 
Un je(u) de mot qui me suit depuis la créAction d’EfferveScience, et que ne cesse de gagner en profondeur au fil de mes apprentissages & découvertes. 

Le Je(u) c’est quoi ? 

Toi déjà, le JE : ce que tu aimes, qui te ressource, te motive, t’inspire… 
Parce que tu es ton SIMS préféré, que ton diamant intérieur t’appartient, c’est ton précieux, loin des recettes toutes faites et habitudes imposées. 
Tu sais. 

Tu es ton SIMs préféré

Et le plaisir aussi, le JEU. 
LA clé de la motivAction, de l’apprentissage, de la croissance personnelle. 
Oui les épreuves font grandir, la souffrance aussi, mission adaptAction, mais pourquoi passer par la case burn-out pour se (re)construire ? 
Le cerveau est câblé pour se développer par le je(u), alors à toi de jouer, Maître du Je(u) !

Une théorie qui prend encore plus de puissance à la lumière de la récente Théorie PolyVagale, la science de la confiance et de la stress-défense, qui met l’équilibre dans l’alternance du repos et du plaisir, du je et du jeu, pour cultiver son mode aWare ! 

Théorie PolyVagale, tu es ton Maître du Je(u), choisis ton mode et réécris l'histoire !

Mission respirAction ! 

Je n’ai pas l’habitude d’imposer d’outils dans mes formations, ateliers et coachings… sauf là. 

Parce que la respirAction est LA solution validée scientifiquement la plus simple et accessible à mettre en place dans la stress-défense
Alors oui la méditation et le sport marchent aussi, mais la méditAction n’est pas si facile pour les esprits efferveScients qui ont des dizaines d’onglets ouverts en permanence dans leurs cerveaux atypiques, et le sport a trop tendance à sauter quand les journées deviennent surchargées, l’un des signes que burn-out is coming… 

Alors que la respirAction est accessible partout, tout le temps ! 
Vas-y, prend une grande inspirAction pour voir… 
OK maintenant souffle, un grand soupir comme si tu voulais vider tes poumons, et chasser tout le négatif, l’envoyer loiiiiiin, loiiiiiiin… 

Alors, comment tu te sens ? 

Et là c’est juste UNE respirAction. 
Quand je parle respirAction je parle Cohérence Cardiaque, LA respirAction qui a montré tout son pouvoir pour lutter contre le stress et son accumulation de cortisol associée, ce cortisol qui va oxyder ton organisme, attaquer ton système immunitaire et ton cerveau et progressivement t’user jusqu’à l’épuisement, le burn-out. 

La recette pour des effets à long terme ? 
365. 

Cohérence cardiaque mode d'emploiCohérence cardiaque mode d’emploi :
3 fois par jour
6 respirActions par minutes
5 minutes

Pourquoi 365 ? Parce que 5 minutes de cohérence cardiaque vont avoir des effets stress-défense pendant 4 heures. 
Donc 4 fois par jour c’est la dose idéale pour cultiver sa zenitude tout au long de la journée. 

Et en plus il y a de super applis pédagogeek comme HAPPYrespi,, complètement gratuite, pour débuter en mode ludique et un peu geek : parfait pour concentrer des esprits trop efferveScients ! 

Sinon en mode déconnecté tu peux aussi tester la ronronthérapie, ça met en cohérence cardiaque 😉 

La ronronthérapie, initiActrice de cohérence cardiaque

Coupez-leur la tête ! (S.T.O.P.)

Savais-tu qu’Alice est une ambassadrice de la stress-défense ? 

C’est une autre histoire, mais s’il fallait retenir un message, en plus d’arrêter de jouer aux lapins blancs qui courent partout tout le temps « en retard en retard en retard » c’est « Coupez-leur la tête » ! Off with their heads! 

Parce que le burn-out est la maladie du mental omniprésent. 
Celui qui n’a pas su s’arrêter quand le corps murmurait, affirmait, HURLAIT sa souffrance ! 
Parce que les signes d’alerte sont toujours là. Toujours. 

Mais nous choisissons d’avancer, de continuer, de répondre à des injonctions extérieures trop élevées, ou a des trolls intérieurs envahissants et contraignants…. Nous continuons à avancer, malgré tout, malgré nous, jusqu’à se cramer, jusqu’à s’épuiser, jusqu’à s’effondrer. 

REVENONS AU CORPS ! 
Écoutons-le ! Écoutons-nous ! 

Une méthode ? Le S.T.O.P. 

S.T.O.P. est plus qu’une pause, c’est un acronyme : Se Taire & Observer Patiemment. 

Pauses de stress-défense - S.T.O.P.

Le temps d’une pause centrée vers soi, vers son corps, ses messages.
Se Taire & Obserser Patiemment.
S’écouter.
Et s’adapter.
Sans forcer.
Flow must go on. 
Slow must go on. 
Mission préservAction ! 

Et parce qu’une trilogie peut en cacher une autre, laisse-moi te rappeler la trilogie de règles Mogwaï pour des journées pleines de zénitude et de stress-défense : 

Oui c’est une rediffusion, mais c’est LA base, celle que nous développons dans Stress Fighter à toute heure 
pour élaborer tes journées de stress-défense personnalisées 😉 

 

Libère tes Forces intérieures !

Libère tes Forces intérieures !

Surmonter le stress et le burn-out : c’est la mission proposée par Clémence Peix Lavallée
Direction la Switch House le temps d’une masterclass efferveSciente & stress-défense, avec mon bloc et mes crayons bien sûr ! 

Clémence Peix Lavallée est scientifique et sophrologue spécialisée en troubles du sommeil et accompagnement du burn-out. 
Autant dire qu’on a un parcours et une mission en commun, avec une base scientifique commune et ce besoin de retour au corps et à soi. Un chemin que Clémence a parcouru par la sophrologie et les pratiques traditionnelles alternatives, quand j’ai ajouté la case « coaching neuroScientigeek » a mon cursus scientifique (on voit qui a encore du mal à lâcher le mental, non ?!) 

J’avais découvert Clémence Peix Lavallée et son ouvrage « Trouver ses forces intérieures » quelques jours plus tôt grâce à mon amie et compère de sensibilisAction Catherine Borie dans une interview passionnante qui nous plongeait au coeur et au corps du burn-out pour mieux (re)trouver ses forces. 

Impossible donc de manquer cette occasion de rencontrer à mon tour l’auteure et de vous sketchnoter cette masterclasse à haute teneur en stress-défense ajoutée ! 

Stress & burn-out : comment les surmonter ? 

Face au burn-out une seule certitude : nous sommes TOUS vulnérables ! 
Mais si les facteurs du burn-out sont communs, chaque histoire est différente… 
Un effondrement douloureux, violent, destructeur, qui va casser autant le corps que la personne et ses croyances, et que Clémence Peix Lavallée nous a présenté et illustré le temps d’une masterclass collaborActive avec deux témoins qui ont partagé leurs parcours et leur vulnérabilité qui a fait écho avec nombre des participants présents… 

Une histoire que j’ai bien sûr sketchnotée : 

Stress et burn-out : comment les surmonter avec Clémence Peix LavalléeStress et burn-out : comment les surmonter avec Clémence Peix Lavallée à la Switch House

Une histoire de trilogies, et de lâcher prise aussi…
Trilogie de symptômes avec l’épuisement, la perte d’accomplissement et la dépersonnalisation (ou zombification ici), ces signes d’alerte que burn-out is coming. 
Mais aussi une trilogie de l’être, une équipe « corps-émotion-cerveau » où le cerveau a trop souvent occulté ses deux coéquipiers… 

Récupérer d’un burn-out, échapper au burn-out, c’est se reconnecter au trio « corps-cerveau-émotion », l’écouter (enfin), et suspendre le temps, changer d’espace temps, s’observer dans une posture de verticalité, par la respirAction, la méditation, avant que le burn-out nous mette à terre dans notre horizontalité…
Dualité de postures, dualité d’approches aussi.
Les sciences sont la pour expliquer, rationaliser, valider, mais les outils, eux, sont ancestraux.
Se reconnecter au corps, respirer, accueillir, lâcher prise. RespirAction, et Game of Thrown

Retour à soi et à ses Forces intérieures 

Le livre de Clémence Peix Lavallée est un message de Maître du Je(u) à lui seul : trouver ses forces intérieures ! 

Dans un guide pratico-pratique Clémence revient aux sources du burn-out, dans des explications qui m’ont rappelé les supports que je concevais à l’époque en médecine préventive, mais très accessibles, et surtout fondamentaux pour mieux comprendre et détecter son niveau de stress, avant de proposer des outils pratiques de reconnexion à soi, son corps, ses émotions et son cerveau. 
Un vrai petit guide de stress-défense, aux croisées des chemins de la physiologie avec les pratiques traditionnelles classiques, comme la respiration, la méditation, mais aussi des outils ninja pour débrancher le cerveau qui plairont aux plus efferveScients 😉 

Comme cette question, un peu trollesque : « Quel est le son d’une seule main qui applaudit ? » 🙂 

C’est d’ailleurs sur le sommeil et l’efferveScience qui nous tient éveillée la nuit que Clémence Peix Lavallée à animer un TEDx, car burn-out et troubles du sommeil sont très intimement liés… mais il existe des outils, dont un que tu connais déjà si tu me suis… 

Pas de spoil, direction le gros rond rouge signé TEDx pour une session rattrapage : 

L’outil te parle ? Pour retrouver mes outils de respirAction préférés RDV dans cet article 😉 
(dans une optique de sommeil privilégier les applis et outils où on n’a pas à regarder l’écran)

La vraie originalité de l’approche de Clémence Peix Lavallée, outre sa combo sciences et sophro, et la mise en relation des techniques occidentales et orientales. Ce qui se traduit par une quête d’équilibre entre le yang très actif et le yin plus pacifique, mais qui va vite être envahi par un trop de yang hyperactif à l’origine de ruminations nocturnes, épuisements, effondrements… Ça te parle ? On y retrouve l’équilibre entre le jeu et le repos de la Théorie PolyVagale, et pour cause : cette technique certes récente remets elle aussi les pratiques ancestrales sous les projecteurs pour mieux revenir à soi. 

S’il n’existe pas de sérum anti burn-out des outils & solutions existent, certains depuis trèèèès longtemps, et ne demandent qu’à être testés, découverts, explorés. Une quête dont tu es le héros, qui te guidera dans ta trilogie corps-émotion-cerveau, pour mieux t’écouter et te reconnecter à toi, à ton corps, mais aussi pour mieux déconnecter quand burn-out is coming… 

Et là où André Stern déploie les ailes de l’enthousiasme, Clémence sème la poudre de l’insouciance 🙂
Mais aussi du lâcher prise, ou Game of Thrown

Alors à toi de jouer, mission préservAction ! 

Pour en savoir plus sur l’ouvrage de Clémence Peix Lavallée je t’invite à écouter l’interview réalisée par Catherine Borie. 
Pour en savoir plus sur les règles du je(u) du burn-out tu peux télécharger ton guide de survie gratuit
Et pour concocter ta potion de stress-défense personnalisée RDV dans Mission Game of Thrown

Halloween VS burn-out

Halloween VS burn-out

Pourquoi Halloween pour parler de burn-out ? 

La question m’a été posée lors de mon troisième live halloweenesque, et j’en remercie encore son auteure, elle est intéressante, bien plus profonde que les fausses idées mercantiles véhiculées par les média… 


Version à écouter

Si j’ai longtemps cherché LA série, l’univers référence pour parler de burn-out, la date a très vite été une évidence : Halloween !
Cette fête folklorique où les morts sont de sortie est une belle occasion de de mettre la lumière sur les Working Dead et autres Marcheurs Blancs, pour mieux rappeler qu’ils ne devraient être de sortie que pour ce rendez-vous celtique et pas au quotidien et de façon épidémique, comme c’est devenu le cas avec l’épidémie de burn-out. 
 
Pour une fois qu’on met le côté obscur sous les projecteurs, profitons-en pour rappeler que oui le burn-out c’est moche, mais c’est en le regardant en face qu’on peut mieux le (re)connaître pour l’éviter et se préserver 😉 
 

 

Petit intermède culturel… 

Halloween est celte en réalité, pas plus américain que le Père Noël n’est un gros monsieur rouge (avant que Coca ne repackage les fêtes de Noël…) : c’est l’ancien nouvel an, avant qu’on ne change la date pour le 31 décembre, mais aussi la fête des morts et du dieu de la mort Samhain, la version païenne de la Toussaint, qu’on appelait simplement Samhain avant qu’elle soit nommée « veille de la Toussaint » ou Halloween (All Hallow’s eve).

La coutume voulait qu’on se déguise en mort et qu’on allume des lanternes pour faire fuir les fantômes, mais aussi qu’on rende hommage aux défunts.

Fin  de la parenthèse, mais c’est bien de réajuster il y a encore trop de fausses idées véhiculées par les média et autres offres commerciales qui réduisent Halloween à déguisements et bonbons…

Si on regarde plus au fond qu’en est-il ?

Incarner la mort, la regarder en face, et la faire fuir. 

En soit c’est une belle métaphore du burn-out je trouve.

Déni et désinformation sont les deux vecteurs de l’épidémie de burn-out, aussi Halloween est devenu mon RDV de sensibilisAction préféré ! 
L’occasion de regarder les burn-outés en face.
Ceux qui disparaissent sans laisser de traces, sans pot de départ, et à qui on pense rarement à porter des fleurs, vite oubliés, vite enterrés…
 

Ce sont des vies grillées, des corps zombifiés, cassés, brisés, vidés, cramés.

Mais ce n’est pas une raison pour le laisser dans l’ombre, ou éviter le sujet en ne parlant que bonheur au travail, concept non entendable par une personne en état de stress chronique ou de burn-out.

Comme la mort en fait… 


Clin d’oeil à Et tout le monde s’en fout, qui illustre merveilleusement mon propos

C’est pour ça que je profite d’Halloween pour faire passer mon message de sensibilisAction.

A un premier degré parce que si j’ai horreur des films de zombies ce sont de bonnes « mascottes » pour illustrer le burn-out, très parlantes pour les jeunes générations auprès desquelles j’interviens, mais aussi pour rappeler que se transformer en mort vivant ne devrait être que pour le folklore d’Halloween, pas à longueur d’année avec des épidémies de burn-out et des couloirs hantés de Working Dead qui seront vite oubliés une fois arrêtés…

Et si on s’intéressait aussi à ces morts qui ne le sont pas vraiment, mais pourtant réellement détruits de l’intérieur ?

Qui porte des fleurs aux morts vivants ? 

« Il n’y avait personne pour mon départ »

La phrase a été prononcée dans le documentaire « La mécanique burn-out« , et résonne douloureusement pour de nombreux burn-outés.

Ceux évacués de leur lieu de travail.
Ceux qui un matin n’ont pas pu l’atteindre.
Ceux qui ont choisi de ne pas y retourner.

Détruits. Cassés. Et désespérément seuls, avec des proches désemparés. 

Qui ne s’est jamais interrogé sur sa propre mort, et cette idée vertigineuse que la vie va continuer, sans nous ? 
Normal me diras-tu, mais toujours assez effrayant dans la remise en cause de sa valeur et son existence…
Le burn-out c’est pareil.
Effacées de l’organigramme, gommées de l’entreprise, des personnes bien souvent surinvesties sont écartées de l’échiquier.
Et le jeu continue, toujours aussi destructeur. 

Si on appuyait sur pause ? 
Si on regardait le burn-out en face ? 

Retirer le masque de normalité.
Retirer les masques de performance, de SuperFection, de bonne petite fille appliquée, de surinvestie surchargée… 

Avant que le masque ne s’incruste, devienne un déguisement permanent, qui nous ronge de l’intérieur et nous transforme en mort vivant…

Winter is coming… 

Autre fait intéressant : Halloween, ou Samhain, c’est l’ancien nouvel an celtique, l’occasion de rendre hommage aux morts, mais aussi le début de l’hiver… tu sais, ce Winter qui is coming depuis pleeeeeeeeein de saisons… Et si on avançait nos résolutions pour choisir la préservAction ?

D’autant que les résolutions du nouvel an… franchement déjà survivre à Noël c’est bien, pourquoi se rajouter une dose de pression ?  Savais-tu qu’en plus d’avoir été repackagé par Coca Cola Noël est à ce point une injonction stressogène que sa préparation figure dans les événements stressants évalués par la très sérieuse échelle de Holmes et Raye ? Pas super élevé niveau stress mais quand même ! Il est temps de Game of Thrown sur la préparAction de cette fin d’année imposée 😉 
 
Mission préservAction, avec pour l’occasion une nouvelle quête dont tu es le héros (ou la Khaleesi) : 
 


Le replay de mon Facebook Live, à infuser & diffuser sur la page Facebook d’EfferveScience

Mission Game of Thrown pour ce live halloweenesquePour les plus visuels j’ai bien sûr sketchnoté mon live en préparAction 😉 

Se préparer à l’hiver pour ne pas se transformer en zombie : tout un programme à découvrir ici !

Parce que pointer du doigt ou de la baguette l’épidémie de Working Dead ne fait pas plus de magie qu’un babyfoot ou qu’une invasion de bisounours, de même qu’imposer l’esprit festif de Noël ne fonctionne pas quand on est d’humeur halloweenesque, alors qu’il EXISTE des solutions pour échapper à l’invasion !

Je pensais les connaître en tant que scientifique, quand j’enseignais la médecine préventive (on ne rit pas…), mais il m’a fallu un troisième burn-out pour enfin comprendre que le cerveau ne fait pas tout, la physiologie non plus, mais que la préservAction est un je(u) bien plus vaste et personnel, une quête dont tu es le héros, ou la Khaleesi, sur laquelle je peux te montrer la voie !

Le voile est fin entre ces masques effrayants, ces Marcheurs Blancs envahissants et la réalité du burn-out… 
Mes 3 vies grillées, mon côté « zombie » depuis que mon corps refroidit au lieu de surchauffer quand il est malade, souvenir de la grosse hypothermie de l’épisode 2 de mes burn-out, et ces Marcheurs Blancs qui guettent encore, pour mieux me rappeler qu’on n’est jamais vraiment à l’abri, et que Winter, toujours, is coming… et que même si maintenant je know beaucoup sur le burn-out, je reste, comme Jon Snow, dans la Garde, sur mes gardes, jamais vraiment à l’abri d’un nouveau burn-out, entrepreneurial ou mumpreneurial cette fois…

Alors à défaut de « fêter » Halloween j’ai fait ma mission depuis 3 saisons de sortir mes dragons en cette journée de sensibilisAction pour te montrer la voie de la préservAction avec cette année une nouvelle formAction : Mission Game of Thrown 

Parce que trop de vies sont encore consumées par le stress, brûlées de l’intérieur comme ces citrouilles qui nous rappellent que la mort existe, et le burn-out aussi. 

Mais qu’on peut dompter la flamme, jouer avec elle, la fuir quand elle est trop forte, l’apaiser quand elle est trop chaude, l’éteindre avant qu’elle nous consume, la rallumer quand on s’est brûlé, en faire une bougie, en faire un flambeau, se former, et informer. 

C’est ma quête, c’est ma mission, c’est aussi la tienne : la préservAction ! 

Pour qu’Halloween ne soit plus qu’une fête et plus une invasion… 

A toi de jouer, et surtout : prends soin de toi !

Mission Game of Thrown

Mission Game of Thrown

Dans le Monde Merveilleux de la sensibilisAction pédagoGeek, cet univers ludique où je te raconte des histoires de stress-défense et de Maîtres du Je(u), j’ai longtemps cherché LA référence en terme de burn-out. 

LA série, LE jeu, LE personnage qui les unirait tous, incarnerait mon message de sensibilisAction et contre les ténèbres les lierait ! (comme l’Anneau du Seigneur des Anneaux, pour paraphraser le message qui est inscrit dessus… quoi tu n’as pas fait elfique 2ème langue ?!) 

 Je cherche encore.

Difficile de trouver une incarnAction du burn-out d’un personnage qui ne soit pas trop simpliste, ou trop complexe, ou carrément psychotique… et qui en plus parle au plus grand nombre ! 

Tetris est une piste intéressante 🙂
Son accélérAction finale est une super illustration du burn-in, cet état annonciateur que burn-out is coming.
En plus tout le monde connait Tetris ! 
Sauf qu’en terme de contenu de sensibilisAction ça reste un peu léger… 

Je parle souvent des Working Dead, ces travailleurs en quête de sens qui se transforment en zombies… 
L’image du zombie est top pour expliquer les composantes du burn-out, notamment la phase de dépersonnalisation, ou déshumanisation, personne n’est d’accord sur le terme… alors que zombification ça parle à tout le monde ! 

Oui mais entre nous je suis pas fan des films de zombies… 
(oui j’avoue : je ne regarde même pas Walking Dead, bouuuuuuh !) 

Alors que Game of Thrones…  

Game of Thrones, bien plus qu’une série (de livres à la base, rappelons-le), bien plus qu’une histoire, est un univers (l’infini et au-delà). 
D’une complexité assez efferveSciente pour que j’y puise de quoi alimenter ma quête de Khaleesi des Stress Fighters ! 

Et la Khaleesi n’est qu’une image parmi tant d’autres qui servent mon message de sensibilisActrice.

Laisse-moi te guider dans l’univers de… 

Game of Thrown 

Rien que le titre est une invitAction au lâcher-prise 🙂 !!! 

Mais ce n’est qu’un début… 

Dans Game of Thrones on retrouve les Marcheurs Blancs, ces zombies décharnés qui sont une incarnAction de ce qui peut être le burn-out (oui, quand on passe du côté obscur, c’est moche)

Et on en entend parler de ces Marcheurs Blancs… des saisons entières que Winter is coming…
C’est comme le burn-out, on en parle tout le temps, en tout cas de plus en plus, mais on disparaît dès qu’il nous touche, occupés que nous sommes à récupérer de s’être zombifié… 

Et là c’est comme dans Game of Thrones : on sait jamais sur qui ça va tomber ! 

D’ailleurs c’est une bonne synthèse quand on parle de burn-out : you know nothing. 
Comme des Jon Snow en puissance, on ne comprend pas quand ça nous arrive, et si on parle de plus en plus de burn-out, et de dépression, les messages de base pour reconnaître le burn-out, et surtout lui échapper, sont encore dilués et souvent erronés… 

Et pourtant, tout est dans Game of Thrones ! 

La trilogie des signes à surveiller. 

La Garde, celle qui surveille les Marcheurs Blancs pour les empêcher de nous envahir. 
Des burn-out watchers en quelque sorte, qui sont là pour détecter les signes et empêcher l’invasion de l’épidémie. 

La Khaleesi, qui après être passée par 3 fois à travers les flammes décide de guider son armée (de Stress Fighters).
Ses dragons, qui peuvent être destructeurs ou protecteurs, pour peu qu’on sache les apprivoiser… comme le stress. 

Des potions aussi, des poisons, des pierres magiques, de la stress-défense, des résurrections, des conflits, de la stratégie, mais aussi de l’informAction, cette informAction qui est la première arme de sensibilisAction massive. 

Comme quand on découvre les origines de Jon Snow, qui tout d’un coup ne know plus nothing mais retrouve le pouvoir de la Khaleesi, celui de dompter les dragons, celui de lâcher prise et d’assumer son rôle de Maître du Je(u) et de digne descendant des… mais je n’en dirais pas plus (oops, tu ne savais pas ? je n’ai pas dit quelles origines cela dit…) 

C’est tout ça, et bien plus encore, que je te propose d’explorer, et de conquérir, le temps d’une quête dont tu es le héros… ou la Khaleesi 

Mission Game of Thrown : à toi de jouer !

J’ai le grand plaisir, et la fierté un peu aussi, en ce troisième Halloween de sensibilisAction au burn-out, de te présenter ma nouvelle formAction de stress-défense : Mission Game of Thrown !
 
Si j’ai longtemps cherché LA série, l’univers référence pour parler de burn-out, la date a très vite été une évidence : Halloween !
Cette fête folklorique où les morts sont de sortie est une belle occasion de de mettre la lumière sur les Working Dead et autres Marcheurs Blancs, pour mieux rappeler qu’ils ne devraient être de sortie que pour ce folklore celtique et pas au quotidien et de façon épidémique. 
 
Pour une fois qu’on met le côté obscur sous les projecteurs, profitons-en pour rappeler que oui le burn-out c’est moche, mais c’est en le regardant en face qu’on peut mieux le (re)connaître pour l’éviter et se préserver 😉 
 
Déni et désinformation sont les deux vecteurs de l’épidémie de burn-out, aussi Halloween est devenu mon RDV de sensibilisAction préféré ! 
En cette date symbolique (et celtique, rappelons-le, Halloween n’est pas plus américain que le Père Noël n’était un gros monsieur rouge avant d’être repackagé par Coca…), c’est l’occasion de regardé les burn-outés en face. Ceux qui disparaissent sans laisser de traces, sans pot de départ, et à qui on pense rarement à porter des fleurs, et pourtant…

Le voile est fin entre ces masques effrayants, ces Marcheurs Blancs envahissants et la réalité du burn-out… 
Mes 3 vies grillées, mon côté « zombie » depuis que mon corps refroidit au lieu de surchauffer quand il est malade, souvenir de la grosse hypothermie de l’épisode 2 de mes burn-out, et ces Marcheurs Blancs qui guettent encore, pour mieux me rappeler qu’on n’est jamais vraiment à l’abri, et que Winter, toujours, is coming… 

 
Alors mission préservAction, avec pour l’occasion une nouvelle quête dont tu es le héros (ou la Khaleesi) : 
 


Le replay de mon Facebook Live, à infuser & diffuser sur la page Facebook d’EfferveScience

Mission Game of Thrown pour ce live halloweenesquePour les plus visuels j’ai bien sûr sketchnoté mon live en préparAction 😉 

Une formAction ludique et pédagogeek (mais pas trop, et sous-titrée) pour reconnaître les Marcheurs Blancs, les éviter, dompter les dragons, et concocter ta potion de stress-défense personnalisée pour ne pas te transformer en Marcheur Blanc.
Le tout dans un univers résolument geek, avec mon costume de Khaleesi et mes dragons 😉

De quoi te donner encore plus envie de rejoindre l’aventure, mais aussi de quoi transférer à ton voisin grognon ou ta voisine ronchon avant qu’ils ne se transforment en Marcheurs Blancs 😉
Et qu’ils survivent à Noël aussi… savais-tu qu’en plus d’avoir été repackagé par Coca Cola Noël est à ce point une injonction stressogène que sa préparation figure dans les événements stressants évalués par la très sérieuse échelle de Holmes et Raye ? Pas super élevé niveau stress mais quand même ! Il est temps de Game of Thrown sur la préparAction de cette fin d’année imposée 😉 
 
Halloween, ou Samhain, c’est l’ancien nouvel an celtique, l’occasion de rendre hommage aux morts, mais aussi le début de l’hiver… tu sais, ce Winter qui is coming depuis pleeeeeeeeein de saisons… Et si on avançait nos résolutions pour choisir la préservAction ?

Rejoins-nous, mission préservAction !On va affronter des dragons, des Marcheurs Blancs, concocter TA potion personnalisée de stress-défense, et devenir insensibles aux flammes du burn-out, comme la Khaleesi ! 

Un concept que j’ai déjà animé en ateliers présentiels et devant des étudiants : ils adorent le message ! 
De l’art de sensibiliser de façon ludique et pédagogeek, tout en allant au coeur de TON vécu pour trouver TES solutions de préservAction ! 
Utiliser le premier degré des zombies et autres Working Dead pour planter la graine de la préservAction, c’est ça aussi la sensbilisAction 😉 

Tenté par l’aventure ? Rejoins l’armée des Stress Fighters ! 

Une quête à suivre à ton rythme et sans pression… mais ne tarde pas quand même : Winter is coming… 
Et surtout : prends soin de toi  !

Pour devenir un vrai Stress Fighter et échapper aux Marcheurs Blancs,
CONCOCTE TA POTION DE STRESS-DEFENSE PERSONNALISEE & DOMPTE LES DRAGONS AVEC « Mission game of Thrown » !

PS : si tu as dans tes proches et/ou collaborActeurs des personnes pour qui Winter is coming, et que tu crains qu’ils se transforment en Marcheurs Blancs, rends-leur service en leur transférant cet article, ou directement la présentAction de Mission Game  of Thrown

PPS : bien sûr  ma vision est simplifiée, mission vulgarisAction ! il faudrait un méta-univers efferveScient pour traduire toute la complexité du burn-out et parler à tous les Stress Fighters… mais n’est-ce pas ce que je suis en train de construire avec EfferveScience 😉 ?! 

Pensée visuelle : sketchnoter l’EfferveScience

Pensée visuelle : sketchnoter l’EfferveScience

On ne pense pas en lignes !

On ne pense pas en ligne(s) !
Encore moins quand on est un esprit atypique, rayée, arborescent… bref, efferveScient ! 

Mais heureusement il y a la Pensée Visuelle ! 
Et elle était doublement à l’honneur ces deux dernières semaines, avec d’un côté le tout premier Sommet Online de la Pensée Visuelle, et de l’autre la 3ème édition du Congrès Douance, très officiellement sketchnotée par quelqu’un que tu pourrais connaître… 😉 

Non seulement pensée visuelle et efferveScience étaient sous les projecteurs, mais j’ai eu le plaisir et l’honneur de participer activement à ces deux événements ! Oratrice d’un côté, ambassadrice et sketchnoteuse de l’autre : une super aventure ! 
Avec mes dragons, un peu, mais surtout mes crayons ! 

Tu as manqué ça ? 

Laisse-moi te tracer un chemin à travers les contrées efferveScientes de la pensée visuelle et de la douance.
Un chemin arborescent & sketchnoté bien sûr 😉 


Version à écouter
(mais je te conseille de parcourir les visuels de l’article quand même)

Trop d’idées ? Sketchnoter l’EfferveScience 

Au-delà de l’atypisme, l’EfferveScience est pour moi un phénomène généralisé. L’EfferveScience programmée. Qui ressemble étrangement à de la (sur)charge mentale

Combinaison de l’accélération du rapport au temps et de la surcharge d’information à traiter en permanence, cette (sur)charge mentale permanente entraîne des esprits surchargés qui finissent pas saturer et s’épuiser de ce trop d’informations qui ne s’arrêtent jamais ! 
Enfin jamais… oui on peut s’isoler, couper, ralentir, déconnecter… son portable au moins.
Mais son cerveau ? 

A l’heure où le vrai challenge est la capacité de concentrAction face à l’invasion de notifications et de sollicitActions permanentes, nous avons d’un côté les « normopensants », que nous appellerons affectueusement « Moldus », et de l’autre les zAtypiques, ces zèbres hypersensibles, esprits efferveScients et rayés qu’on appelle aussi assez maladroitement « sur-doués »
Précisons : nous ne sommes pas « plus doués » que les autres, nous pensons juste différemment, dans un mode continu et arborescent que j’appelle l’efferveScience. 

J’aime dire que nos amis Moldus sont câblés en ADSL : les infos sont rapides, canalisées, regroupées en un flux permanent de notifications… qui peut être coupé ! Couper les notifications, s’isoler, ralentir sont autant de moyens de ralentir voire même couper le flux des informActions pour nos amis Moldus. Mais pas pour la team efferveSciente !

Les cerveaux atypiques sont en mode fibre : infos plus rapides, plus nombreuses, et sans parefeu ni bouton STOP ! Nous les infos c’est en permanence : nous captons tout, tout le temps, et c’est vite épuisant… 

Mais que faire pour ENFIN canaliser les informations, et occuper ce trop d’attention ? 

J’ai peut-être une solution… 

 

Mission concentrAction avec le sketchnoting !

Le sketchnoting est une technique de prise de notes graphique, ludique et pédagogeek. 

2 ingrédients, simples : 

  • Sketch = esquisse, dessin.
  • Notes = prise de notes.

Et un boost mémorisAction impressionnant : +650% de mémorisation en associant les images et les mots ! 

Mais pas que.

J’ai découvert le sketchnoting il y a bientôt 2 ans, grâce à Béatrice Lhuillier, et c’était un peu comme découvrir mon atypisme : une révélAction ! 
Cette confirmation, comme une autorisation, qu’on peut prendre des notes ludiques et graphiques, loin des cahiers seyes et des petits carreaux… 

Évident maintenant, et neuroscientifiquement prouvé, mais souviens-toi la récré dernière… 
Je sais pas pour toi, mais mes dessins sur les marges de mes cours étaient plutôt mal vus… (et je ne parle pas d’en entreprise)
A part à la fac de Sciences, où là on dessine, ou schématise et on illustre dans un bel élan créActif, j’étais surtout frustrée de mes cahiers rayés… 

Mais au-delà de la révélAction c’est aussi un super booster de concentrAction que j’ai trouvé dans le sketchnoting ! 
Déjà pour récupérer mes neurones grillés par une trilogie de burn-out, mais aussi parce que sketchnoter occupe ces « blocs d’attention disponibles », ce « trop d’attention » qui vient en bonus avec avec nos hypersensibilités sensorielle & émotionnelle de profils atypiques… 

Difficile de garder l’attention focalisée quand on capte tout en permanence. 
Mais ça, c’étant avant. 
Avant de sketchnoter ! 

C’est simple : nous sommes câblés pour sketchnoter !

Quand les Moldus s’étonnent de me voir sketchnoter des journées entières de conférences en temps réel, se demandant comment je filtrais l’information et restait concentrée, j’ai enfin compris : le sketchnoting est fait pour les profils atypiques ! 
Ou plutôt les esprits efferveScients sont câblés pour sketchnoter en live ! 

Reprenons : 

Nous percevons plus, en permanence, et plus vite.
L’information est traitée en accéléré, le mode fibre, grâce à nos gaines de myéline plus nombreuses et plus épaisses. 
Nous avons cette pensée divergente et arborescente qui est la voie de l’innovAction, et en plus des bonus d’attention à canaliser ! 
Autant dire que nous avons BESOIN d’outils & techniques pour canaliser ce trop plein de pensées ! 

Et je ne parle pas que des notifications et info à traiter… Comme l’a magnifiquement représenté Etienne Appert dans ton livre « Penser Dessiner Révéler » nos chemins neuronaux sont pour le moins tortueux, particulièrement biaisés, et en partie inconscients… 

Tempête sous un crâne par Etienne AppertReproduit avec l’aimable autorisation d’ Etienne Appert , une illustrAction à (re)découvrir dans Penser Dessiner Révéler

Alors oui il y a la méditation (et encore elle n’est pas SI évidente pour un esprit effervescient), ou mon outil de stress-défense préféré, la cohérence cardiaque, mais ça c’est pour des temps de repos… Que faire quand les neurones sont lancés et les idées en train de fuser ?

C’est là qu’entre en je(u) le sketchnoting, qui va occuper notre surplus d’attention, tout en nous aidant à formaliser nos idées décalées 🙂 
Et quel bonheur de pouvoir enfin se couper des bruits et autres stimuli extérieurs parce qu’on est occupés à sketchnoter ! 

DémonstrAction : 

Les bonnes raisons de s'accompagner par le dessin par Etienne AppertCanaliser l’EfferveScience par la pensée visuelle, une autre superbe illustrAction d’ Etienne Appert  à (re)découvrir dans Penser Dessiner Révéler

D’ailleurs en bonne zèbre qui passe facilement à côté de ses talents, quand j’ai écrit pour la première fois sur le sketchnoting pour partager ma découverte et mes premières sketchnotes, j’expliquais combien tout me semblait simple et évident… et comme souvent, et comme récemment avez les formActions, il m’a fallu un regard extérieur pour comprendre combien le sketchnoting était un super outil pour infuser & diffuser l’EfferveScience, et nous permettre de libérer nos neurones ! 
(c’est tellement zèbre quand on y pense, on a l’impression que je m’excuse d’avoir réussi rapidement dans cet article…) 

Sketchnoter permet non seulement de se concentrer, mais aussi de libérer tout le (haut) potentiel de nos neurones ! 
Et c’est tellement reposant de relâcher le frein à main du masque de normalité de temps en temps… 

Mais ce n’est pas tout !

Mission inspirAction avec le sketchnoting 

Au-delà de ce formidable potentiel de concentrAction, le sketchnoting est aussi un moyen d’infuser et diffuser nos idées. Et en images en plus ! 
Tu sais, cet esprit efferveScient qui analyse si vite et arrive très souvent trop très rapidement aux solutions & conclusions… mais trop tôt. 
Parce que trop rapide, pas au bon moment, pas au bon poste, avec le risque de vexer ses collègues quand on solutionne un de leurs anciens problèmes…. bref, nos fonctionnements efferveScients, s’ils commencent à être recherchés, sont plutôt mal vus en collectivité… 

Mais qu’en serait-il avec plus de sens, et de jolies images pour partager nos idées et pistes d’avancées ? 
La quête de sens est universelle, et son absence est l’un des facteurs clés dans la survenue de l’épidémie de burn-out… 

Et si le sketchnoting était -aussi- un outil de communicAction ? 
Un moyen d’infuser & diffuser ses idées arrivées trop vites, avec du je(u) et des images ! 

Si le sketchnoting a d’abord été pensé comme un outil de prise de notes personnelles, c’est aussi un moyen de mettre en image et de formaliser la vision commune, de façon ludique et créActive, qui ne demande qu’à être partagé !
Et les esprits atypiques aiment bien partager, apprentissage et partage sont souvent des valeurs & besoins très forts chez nous… Et cette envie de montrer la voie quand elle nous semble si évidente parfois… Comme une quête de sens façon dessin de carte au trésor, un peu 😉

Mais avec un peu de magie en plus, ou pour reprendre une image de Myriam Ogier au Congrès Douance :

Oui, nous pensons plus et plus vite, et cette tendance à sur-analyser des consignes nous semblant trop simples est une voie royale à l’innovAction ! Une autre forme d’EfferveScience caractérisée… 
Voilà ce qui arrive quand on laisse chauffer des neurones « trop câblés » : tout va plus vite, et on n’est pas à l’abri de belles révélActions… mais aussi de cerveaux qui surchauffent et disjonctent hélas… 

D’où l’intérêt de canaliser ce flot d’idées et de pensées… Et le sketchnoting selon moi, comme le MindMapping, permet de regrouper et canaliser les informations. Un vrai générActeur de FLOW ! 

S’il est recommandé d’être en posture de Flow pour sketchnoter en live, comme expliqué dans « Sketchnote Time » de Béatrice Lhuillier (à retrouver dans mes ressources), difficile de trouver le bouton pour activer le mode flow à la demande… C’est même tout un sujet de recherches !
Sauf que pour un esprit atypique le simple fait de sketchnoter va constituer un bouton « Flow must go on » pour canaliser nos pensées et suivre le fil de l’intervenant tout en filtrant les infos et en les retranscrivant et en nous isolant des stimuli extérieur. Si ce n’est pas du flow caractérisé ça ?

A condition d’avoir l’outil sketchnoting et tous ses super pouvoirs dans sa boîte à outils… 

Les super pouvoirs de la pensée visuelle par Etienne AppertLes Super Pouvoirs de la Pensée Visuelle, sous le Super Crayon (ou stylet ?)  d’ Etienne Appert ,
une illustrAction à (re)découvrir dans Penser Dessiner Révéler

Mais heureusement tu vas pouvoir te lancer car…

Taddaaaaam… (petit suspens) 

…. 

 

A tes crayons : nouvelle formAction !

Ouiiiiiiiiiiii ! C’est officiel : je lance une nouvelle formAction ! 

Le thème tu l’auras bien sûr deviné si tu as parcouru l’article : le sketchnoting pour les profils atypiques ! 
(mais pas que, il y a toutes les bases pour se lancer sans forcément être dans la team efferveScience, même si j’appuie sur nos particularités pour mieux vous guider dans le monde inspirant et efferveScient de la Pensée Visuelle)

Pour en savoir plus, déjà, un cadeau : Sketchnoting et efferveScience, pourquoi nous sommes câblés pour sketchnoter ? 

C’est le support de mon intervention à la soirée de clôture du Congrès Douance, que je t’invite à télécharger gratuitement en cliquant sur ce lien 🙂 ! (de rien, ça me fait plaisir)
Il reprend bien sûr partiellement cet article, ou plutôt cet article en est assez directement extrait, mais va beaucoup plus loin avec des extraits des sketchnotes du Congrès et les règles de base du sketchnoting. Règles que tu vas pouvoir approfondir et surtout mettre en pratique dans ma nouvelle formAction !

Car si j’ai adoré partager ma passion pour le sketchnoting et mon utilisation de cet outil autant pour l’EfferveScience qu’en stress-défense (si si), c’était à chaque fois trop court pour vous donner toutes les clés pour vous lancer et pratiquer ! 
Et si je suis fan de la formAction de Béatrice, également conceptrice pédagogeek (et ça se voit), qui décortique tout le process du sketchnoting de façon pratico-pratique et super riche, je pense qu’une approche spécifique aux profils atypiques a (aussi) son intérêt 🙂 

Je t’en dis plus dans cette petite vidéo, et bien sûr sur la présentation de ma formAction

Merci @ Nathalie Alsteen de m’avoir titillée juste ce qu’il faut pour mener à bien ce projet, dans le cadre efferveScient du Congrès Douance et à Béatrice Lhuillier d’avoir mis le projecteur sur la Pensée Visuelle avec son Sommet à haute teneur pédagogeek ! (si tu as vu les interviews, tu sais) 

Deux superbes aventures qui sortent la pensée visuelle et la douance de l’ombre, un grand MERCI à vous deux pour vos initiActives et pour m’avoir permis de participer activement à ces beaux projets efferveScients ! Projets que tu peux retrouver dans les pack de replay (à haute teneur en bonus ajoutés, dont l’intégralité des sketchnotes du Congrès pour le Congrès Douance) :

  • Pour le Sommet Online de la Pensée Visuelle c’est ici
  • Pour le Congrès Douance c’est là 
  • Et pour en savoir pour en savoir plus sur ma formAction c’est par ici 😉 
    (tu le sais j’aime bien les trilogies, bon à part peut-être celle de mes burn-out…) 

Un aperçu des sketchnotes du Congrès Douance, que tu retrouveras dans le pack (avec participAction active du Mini Geek) 😉 

Que dire de plus ? 

Ne te laisse pas impressionner par ce classeur : le Congrès Douance est par définition efferveScient et dense, j’ai mis sur pause régulièrement pour sketchnoter tout ça, d’autant plus que je sketchnotais plus pour les participants que pour moi…
Pour commencer les TEDx c’est bien. Ou encore mieux : les replay du Sommet Online de la Pensée Visuelle ! Sketchnoter la Pensée Visuelle, ça c’est méta : de la pratique dans la pratique, insketchnotes 😀 !! 

Quant à moi je te donne RDV dans ma formAction, avec tes crayons bien sûr !

Oui, il y a un joli guide pratique à l’intérieur, mais pas que 😉 

C’est une formAction que j’ai conçue… rapidement déjà, et en plein congrès (quand je te disais que le sketchnoting mettait en état de flow), mais surtout comme une découverte de l’atypisme : libérActrice !
Avec des principes bien sûr, les bases du dessin, du sketchnoting live, les outils, un peu de technique, mais surtout un nouveau terrain de je(u) pour déployer tes neurones et tes idées à ta façon efferveSciente ! 

Parce que nous sommes beaucoup à avoir réalisé que nous sketchnotions déjà sans le savoir, et j’en fais partie 😉 
Ma mission : te décomplexer du dessin et de tout ce qui pourrait bloquer ta créActivité pour te (re)donner le plaisir de sketchnoter ! 

Alors à toi de jouer, et à toi de sketchnoter ! 

EfferveScience programmée : objectif formActions !

EfferveScience programmée : objectif formActions !

Mais qu’est-ce que peut bien être l’EfferveScience programmée ? 
Encore une divagation de mon esprit efferveScient ? 
Peut-être, mais dans ce cas méfie-toi, elle relève du trafic organisé !
Sa drogue : l’information. Et la formAction aussi.  

Version @ écouter (sans modérAction) :

L’efferveScience programmée est triple. 

C’est cette déferlante de formActions accessibles en ligne

C’est cette accélération permanente aussi, portée par l’instantanéité de l’information, et ce fameux FOMO*, cette peur de rater une info.
*FOMO = Fear of Missing Out. J’aimerais lui substituer la Fear of Burning Out… 

Ce sont enfin nos cerveaux qui cultivent le sérial zapping d’un intérêt à l’autre, d’une activité à l’autre, et entretiennent cette efferveScience de connexions qui font le nid de la multipotentialité et du slashing (cette tendance à cumuler les passions et les activités), autre traduction de l’efferveScience programmée. 

Mais ralentissons un peu, et penchons-nous sur la question. 
Et pour ça, je vais te raconter une histoire… 

 

Au sources de l’EfferveScience : apprentissage & partage

J’ai toujours été une boulimique d’apprentissage. 
Caractéristique qui vient avec les rayures des profils atypiques, mais aussi conséquence de la prolifération de l’information.
Il n’a jamais été aussi simple d’accéder à la formation, et paradoxalement aussi difficile d’identifier la BONNE information, surtout à l’ère d’internet. 
C’est l’un des combats des Crapauds Fous, c’est aussi l’une des missions d’EfferveScience face au burn-out. 

Infuser et diffuser l’information. 
Apprendre et partager : 2 de mes valeurs les plus fondamentales.
Et cette devise, sagesse japonaise intemporelle : « On commence à vieillir quand on finit d’apprendre. »

Plus j’y réfléchis, plus je réalise que cette petite graine efferveSciente s’est plantée dans les livres déjà, à commencer par le Manuel des Castors Juniors dont j’ai plusieurs fois entrepris l’écriture ^^ !

Dans les livres de cours aussi, que je dévorais pour m’occuper le cerveau, et combler le décalage entre le rythme du cours et mon cerveau efferveScient. Avec des prémices de sketchnoting d’ailleurs, mais il était plutôt mal accueilli à l’époque !

Mais plus encore, ma mission m’est apparue comme une évidence avec l’émergence des plateformes de cours en ligne. Khan Academy déjà, qui rendait accessibles les cours des meilleures universités, puis Coursera, qui a rendues mes soirées efferveScientes et studieuses, un peu trop parfois, YouTube aussi avec un recul critique et des vulgarisActeurs qui ont entrepris de populariser la science, puis France Université Numérique en France, OpenClassrooms… tous ces cours accessibles à tous ! 

A l’époque graphiste scientifique et conceptrice pédagogique, j’ai tout de suite su que l’émergence de ces outils allait changer ma vie ! 

Vers l'EfferveScience et au-delà

L’EfferveScience programmée. 
C’est ce savoir rendu accessible à qui veut le cueillir. 
Cette nécessité de rester (in)formé pour suivre des postes en évolution permanente. 
Cette nouvelle pépite dans la course à l’efferveScience : le savoir. 

Et pourtant, rien de nouveau, si ce n’est un moyen de diffusion qui ouvre des perspectives d’impact inimaginables jusqu’alors.
Les amphis sont devenus sans limites, ouverts, accessibles. 
Les professeurs ont vu leurs champ de partage s’étendre à l’infini (et au-delà)

Plus. De.Limites.
LA phrase à ne pas dire à un esprit atypique, par essence sensible au burn-out ^^ ! 

J’ai tout de suite cherché les outils pour diffuser les formations que je concevais alors, en entreprise. 
Testé, déployé des systèmes pour centraliser et partager l’information, et surtout la mettre en forme, pour la rendre accessible et pratique. 
L’entreprise que j’ai quittée à la fin de mon aventure salariée a hérité d’une plateforme de cours en ligne et d’un outil pour centraliser et diffuser les actualités scientifiques sur leurs thèmes de prédilection.

Un grand bonheur !
Apprendre et partager.

Oui, mais… 

Déjà j’étais limitée au cadre de mon entreprise et ses clients dans la diffusion d’informAction.  
Et je ne diffusais pas MON message, alors que j’aurais rêvé mettre mes formActions sur ces plateformes. 

J’avais cette frustration d’une info que je savais précieuse et qui n’atteignait pas sa cible. 

C’est à ce moment (bon ok après un 3ème burn-out, de dépit) que j’ai (re)découvert ma nouvelle vie : l’infopreneuriat
Reprendre le pouvoir sur les cours en ligne, telle une Khaleesi trouvant sa tribune, et partager mon message, ma vision, ma mission !

 

Infopreneuriat & créAction de contenus

Une petite précision déjà : infopreneuriat et créAction de contenu c’est la même chose.
La mission c’est de partager ses connaissances & expertises en ligne, par du contenu gratuit, comme l’article que tu lis actuellement (merci !) et par des formations et accompagnements pour aller plus loin et personnaliser son expérience. 

Telle une prof découvrant un amphi infini, le concept d’infopreneuriat m’a ouvert un espace d’expression, et cette possibilité tellement gratifiante de proposer mes connaissances et expériences pour porter ma mission de sensibilisAction au burn-out !

C’est cette autorisAction de partager mes idées qui m’a ouvert la voie d’EfferveScience, enfermée que j’étais dans la croyance que les plateformes de cours étaient réservées aux élites reconnues, qui pouvaient nous partager leurs connaissances et faire porter plus fort et plus loin leurs découvertes ! 

Mais non. 

Nous avons tous quelque chose à enseigner à quelqu’un. 

Un talent, une compétence, une expérience. 
Ou mieux : un mix de tout ça ! 

Une passion à partager, des outils, un conseil, une histoire.
Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’information 🙂 

Et l’infopreneuriat c’est ça : créer son espace d’expression personnelle, à son image, avec ses talents et Super Pouvoirs ! 

Nouvelle approche, nouveaux outils, grand public : un terrain de je(u) parfait pour semer ses idées efferveScientes ! 
L’intelligence collective rendue accessible ! La possibilité de partager ses idées ! L’efferveScience programmée ! 

Beaucoup y voient un nouvel eldorado.
Et c’est vrai : le savoir est d’une grande valeur.
Les formations s’accumulent, les promesses plus ou moins réalistes aussi…

Mais alors que je migre mes formActions sur un nouvel outil, je réalise qu’il n’a a rien de vraiment nouveau à part ces frontières effacées : les professeurs et formateurs ont toujours enseigné, sous les arbres ou dans des amphis surpeuplés.
Ils ont vu dans les cours en ligne un moyen d’atteindre plus de personnes et se sont empressés de partager leurs connaissances, ces pépites qui se démultiplient quand on les partage 🙂 
Simple, intègre, efficace. 

Alors que les marketeux en quête de richesse et d’indépendance voient dans l’infopreneuriat le nouvel investissement (avec les cryptocurrencies, mais c’est un autre sujet…), la conceptrice pédagogique que je suis, depuis maintenant 10 ans, a réalisé qu’en fait rien n’avait changé, à part quelques modalités et cette vision du partage d’information propre à chacun.
Et si les concepteurs et formateurs sont certes rarement formés à vendre leurs contenus, transmettre l’information coule dans nos veines !

Partage d’un côté, business de l’autre, et comme souvent une Terre du Milieu. 

Il ne (me) manquait qu’une brique à cette Terre du Milieu : la valeur. 
Cette alchimie subtile entre contenus gratuits pour partager nos expériences et accompagnements personnalisés pour offrir les outils qui nous ont aidés. 
Comment ? 
Par les plateformes de formActions !

 

Objectif formActions !

Quand d’autres ont vu dans l’arrivée des plateformes de cours le moyen de créer un business, l’efferveSciente enthousiaste que je suis a vu un moyen d’apprendre encore plus, bien souvent au détriment de mon sommeil, et de faire évoluer mes pratiques et outils de conceptrice pédagogique pour exploiter ce nouveau moyen d’expression au sein de ma mission.

Pour d’autres.
En l’occurrence mon entreprise.

Mais c’était passionnant ! 
Et plein de sens en l’occurrence.
(j’ai eu la chance d’avoir des métiers-ikigai -ce qui est bien mais à risque de sur-investissement-... ‘juste’ trop de postes en même temps…)

Sauf que je n’avais pas fait cette toute petite connexion, qui aurait pu être évidente quand on y pense, vu ma vocAction, que la démocratisation de la diffusion de contenu était la porte ouverte vers un nouvel univers efferveScient, celui où je pouvais partager plus largement mes connaissances, comme je le faisais en concevant des formations de médecine préventive(oui les cordonniers toussa toussa… pour le burn-out comme pour les applications de compétences en fait ^^ !) 

Avant d’entendre parler d’infopreneuriat.
De création de contenu. 
Et de Loi Travail aussi, c’est un peu le déclencheur qui a précisé ma thématique de sensibilisAction au burn-out, avant même d’achever ma trilogie de burn-out (bon ok presque en même temps, mais techniquement c’était avant !) 

Ce besoin d’avoir l’autorisation… de changer de paradigme, de sortir du cadre éducatif classique et des fiches de poste… Et de déployer ses ailes !

Alors oui : ma première formAction était trop parfaite.

Les gourous de l’infopreneuriat le disent : commencer petit, mais commencer. 
Par des articles, des vidéos, des posts sur les réseaux : informer, informer, informer. 
Par un contenu offert, parce que nous sommes dans une dynamique de partage. 
C’est mon guide de Maître du Je(u) pour échapper au burn-out.
Par une petite formAction. Des accompagnements. Des conférences. 
Et puis son oeuvre magistrale : sa GROSSE formation ! 

J’ai fait l’inverse. 

Une GROSSE formation. 
Complète, belle, une pépite de stress-défense pour échapper au burn-out ! 
CollaborActive, n’étant pas coach à l’époque j’avais fait intervenir d’autres sensibilisActrices & thérapeutes. 
Théorique juste ce qu’il faut, pratique++, dense mais sans pression, ludique, avec ce décalage efferveScient que je cultive pour mettre plus de je(u) dans mes contenus, et pour t’autoriser à mettre plus de je(u) dans ta quête ! 

C’est simple : quand je devrais avoir honte de ma première formAction, je peux le dire après l’avoir migré sur sa nouvelle plateforme… 

Je referai la même. 

Avec peut-être quelques pistes et éléments en plus, depuis ma formAction au coaching en neurosciences appliquées, et moins d’invités peut-être, ayant développé des compétences supplémentaires depuis, mais finalement très peu, car tout était déjà là, avec l’expérience de mes 3 burn-out et de leur remontée… 
De la même façon que la Théorie PolyVagale apporte un côté lumineux à la stress-défense, j’avais déjà les pistes pratiques des problèmes profonds encore mal identifiés, comme l’estime de soi… 
Et graphiquement, franchement, je ne changerai rien. 

Et je ne parle même pas de « Game of Thrown » qui is coming, je suis fan de cette future formAction, que certains d’entre vous ont testé en atelier ! 

Mais en même temps, c’était déjà mon métier.
Sensibiliser au stress et burn-out déjà. (si si, ne riez pas de ces pauvres cordonniers, il me manquait le coaching justement !)
Mais aussi et surtout concevoir des formActions. Des supports de présentAction. Des sites web. Des graphismes. 
Oui tout ça. Comme la boulimie d’apprentissage le zèbre est bien souvent livré avec une tendance à cumuler les postes (et se brûler les rayures…)

Et si je confirme+++ que FAIT EST MIEUX QUE PARFAIT, je ne réalise que maintenant combien mes compétences m’ont été précieuses au moment de construire cette belle aventure efferveSciente ! 
Parce que je sais construire une formation, la rendre attractive dans le contenu, dans la forme, gagner un maaaaaax de temps en préparant des trames de supports qui vont jusqu’à anticiper mon montage, centraliser les infos de mon expertise, construire un univers visuel… Toutes ces compétences que j’ai cultivées depuis des années, de mes premiers « Manuels du Castor Junior » au moment où j’ai re-créé le concept de masque PowerPoint à la fac, avant d’en découvrir l’existence ! 

L’infopreneuriat est le terrain de je(u) des concepteurs pédagogiques, enseignants, vulgarisActeurs, et toutes les étiquettes que tu peux vouloir te créer pour écrire ton histoire et la partager, même Khaleesi des Stress Fighters !

L’EfferveScience est en route ! 
Les idées continuent d’envahir la toile.
Et nous pouvons tous participer ! 
Partager nos talents, exprimer notre efferveScience. 
Construire sa quête, à son image. 

EffferveScience et stress-défense, une épopée ludique et illustrée au pays du burn-out(comme avec ma nouvelle carte)

Infuser et diffuser l’information. 
La sensibilisAction au burn-out.
La stress-défense.
L’atypisme aussi, de plus en plus. 
Mais aussi ce cerveau pétri d’efferveScience. 
Conceptrice, graphiste, sketchnoteuse…

Parce que je suis tout ça.
Et que c’est cette super combo qui m’a permis de m’élancer si vite, et d’avancer toujours ! 
Avancer, un petit pas par jour, pendant que je récupérais de mon dernier burn-out. 
Déployer ces talents que j’avais déjà cultivés, pour informer, sensibiliser, et proposer de la valeur. 
Ma vocation. Ma mission. Mes valeurs. 

Et cette efferveScience qui is coming, toujours 😉 

Une efferveScience programmée, qui étend ses neurones, de plus en plus, et que je souhaite te partager. 
Pour que tu rejoignes le mouvement, celui de l’infopreneuriat, des zèbres qui partagent leurs passions, leur mission, leur vocAction ! 

Une nouvelle formAction, une expérience, une aventure… dont tu es le héros bien sûr !

Avec toute mon expertise, mes outils, mes conseils, mes ressources, mes templates, tout pour construire tes formActions sans stress et sans complexes !

Parce que nous avons tous quelque chose à apprendre à quelqu’un 🙂 

Rejoins-moi dans objectif formAction !