Tout est toujours parfait. 
Ce titre je l’emprunte à François Lemay.
Et je le complète : avec du Je(u).
Et un peu de recul aussi…

« Tout est toujours parfait » c’est le titre du livre de François Lemay, mais aussi de sa conférence actuellement en tournée.
Cette conférence j’en ai vu un premier extrait au live de l’Académie Zérolimite, la formation qui m’a appris mon nouveau métier d’infopreneuse et à accompagné ma reconstruction, et ma reconversion, après mon 3ème burn-out. Je n’en ai pas de sketchnote mais un article car à l’époque j’ignorais tout du sketchnoting, jusqu’à son nom. 
C’était il y a 3 ans. 

C’est avec du recul et une bonne dose de Je(u) que je voudrais revenir sur la trilogie de leçons apprises au cours de ces 3 années, et comment j’y mets toujours plus de je(u) pour construire mon univert (l’infini et au-delà) 🙂 

Avec ce message : tout est toujours parfait. Avec du Je(u) 😉 

Slow must go on

Mardi dernier je sketchnotais la Pleine Conscience avec David Lefrançois et François Lemay.

Soirée Potentiel "Vivre en Pleine Conscience" avec David Lefrançois et François Lemay

Pour voir le replay de la conférence :

François Lemay a eu « le privilège immense de faire un burn-out » (je le cite).
Un seul lui a suffit.
Moi j’ai un peu plus approfondi le sujet !
Mon côté perfectionniste…

Et pourtant mes burn-out, je les ai faits en Pleine Conscience !
Cette conscience de scientifique, qui concevait (déjà) des supports de sensibilisAction en médecine préventive, pour mieux comprendre (entre autres) les mécanismes du stress… et du burn-out.
*c’est le moment où tu peux rire* Les cordonniers toussa toussa…
Cette conscience de perfectionniste, qui a longtemps cru que parce qu’elle savait faire elle devait faire (ou comment collectionner des postes en mode Pokemon).
Cette conscience de sur-investie, qui au lieu de FUIR quand on lui a proposé de cumulé 4 postes a fait un joli PowerPoint pour expliquer pourquoi et comment elle n’y arriverait pas… 
(et non pas de Happy Ending : je me suis effondrée lamentablement la veille de mon anniversaire, mais au moins cette fois je n’y suis pas retournée)

Donc à part sur le premier burn-out, à l’époque encore peu documenté en France, mes deux autres burn-out ont été totalement conscients.
Je lisais et connaissais tellement bien les effets du stress dans mon organisme que j’aurais pu faire du coloriage de ma pile intérieur en temps réel !
(car le burn-out est une pile n’est pas une pile qui se vide mais s’oxyde de l’intérieur, si tu veux un rappel ma webconférence Mission Game of Thrown est toujours disponible en replay)

Mais ça ne m’a pas empêché de chuter. 
D’aller au bout de l’épuisement. 
De me cramer jusqu’à m’effondrer.
3 fois. 

Tout est toujours parfait, même un burn-out.
Tout est toujours parfait, même une trilogie de burn-out. 
Tout est toujours parfait, car après chaque contrAction vient une expansion. 
Et ce « Action » là n’est même pas de moi : la contrAction EST un mouvement, TOUT est mouvement. 

Si le message n’est pas entendu, il revient.
Ce à quoi tu résistes persiste.
Et it’s okkkkkkkkk comme le dit François.
It’s a process. 

It's OK It's a PROCESS-François Lemay

Il m’a fallu 3 burn-out pour comprendre que les sciences et la médecine ne suffisaient pas à comprendre le burn-out.
Ni à s’en préserver.
Tout au plus à le vivre en Pleine Conscience, mais quel intérêt si on n’est pas capable de s’arrêter à temps ? 

Pour ça il m’a fallu le coaching.
Comme coachée d’abord, puis comme coach, parce que tu connais mes valeurs : apprendre et partager, infuser et diffuser.
Et toutes ses notions fort sympathiques que sont l’estime de soi (ou plutôt son absence), les messages contraignants, les limites (ou plutôt, là encore, leur absence)… 
Toutes ces notions de préservAction et de Je(u) qu’on a omis de nous inculquer à l’école, pour y préférer la compétition, la comparaison, la SuperFection… la combo pas si super pour faire du burn-out une épidémie, une invasion massive qui touche de plus en plus de monde et de plus en plus jeune. Parce qu’à toujours foncer on en oublie l’essentiel : ralentir. S’écouter. Et lâcher prise. 

Mission Game of Thrown.

Savoir ralentir.
Savoir s’arrêter.
A temps.

Un message qui raisonne et résonne, et pour cause… 

 

Flow must go on

Pendant la conférence j’ai réalisé que c’est avec eux, David et François, que j’ai testé pour la première fois le sketchnoting live. 
En janvier 2017, quelques jours après avoir découvert le terme « sketchnoting » dans LE premier livre francophone sur le sujet.

Le thème : le lâcher prise. 
Ou Game of Thrown, donc.
Il est nécessaire pour capter l’essence d’une conférence en temps réel.
Mais aussi pour se préserver et savoir s’arrêter à temps. 

Résultat ? Non pas une mais 3 sketchnotes pleines de sens et de stress-défense pour enfin mettre du Je(u).

Tout est toujours parfait : une trilogie de sketchnotes pour lâcher prise en pleine conscience avec François Lemay

Une (triple) pépite de stress-défense à cette époque où nous ne savons plus ralentir… David Lefrançois. François Lemay. Lâcher prise. Pleine conscience. Et ce rapport au temps qui s’accélère : toujours plus, toujours plus vite… STOP ! 

Tout était là, dès la première sketchnote, ma première sketchnote. 

Savoir quand tu forces trop.
Quand ça coince. 
Que le flow est coupé.

Les signes sont toujours là. 

S.T.O.P.
Se Taire et Observer Patiemment. 

Savoir quand s’arrêter.
Savoir qu’on peut s’arrêter. 
Qu’on a le devoir de se préserver. 

Mais que c’est ok. 
De tomber quand même. 
Parce qu’on a été conditionnés à foncer.
A souffrir.
A tenir. 

Snow must know on 

Tout est toujours parfait. 
C’est parfois difficile à entendre quand on est dedans, mais le burn-out est un apprentissage.
Cette leçon qu’aucune quête ne mérite qu’on s’épuise pour elle. 

On nous sert du Wonder Woman, du SuperMan, ou une Khaleesi qui traverse les flammes comme role models. 
Leur point commun ? 
Ils ne sont pas humains. 

Et ils ont des moyens à la hauteur de leur quête, contrairement à toutes celles et ceux qui vont jusqu’au burn-out… 

Mon 3ème burn-out a été rapide, violent, mais fluide : il a marqué le début de ma mission de sensibilisAction
En ça, il a été parfait. 
Tout est toujours parfait. 

Il y a 3 ans maintenant j’ai tombé le masque de la normalité et le costume de SuperFection pour mettre mon costume de Khaleesi de Stress Fighters et parler de burn-out, de stress-défense, et de sensibilisAction. 

Mission Game of Thrown pour Ose et DeviensMission Game of Thrown pour Ose et deviens revient

C’est avec toute mon efferveScience que j’ai voulu partager les leçons apprises au plus grand public, parce que « Snow must know on » (dédicace à Jon Snow, Game of Thrones, « you know nothing »).


Petit rappel : NON le burn-out n’est pas une pile qui se vide !
Pour en savoir plus le replay de Mission Game of Thrown reste disponible

Le burn-out est un apprentissage, celui de la préservAction.
Du je(u).
De l’estime de soi aussi, celle qui fait que tu ne vas pas jusqu’à t’effondrer pour un boulot.

Mais on peut je le crois apprendre la leçon sans passer par la case burn-out. 
Même si ma trilogie de burn-out était parfaite pour moi, j’ai à coeur de passer ce message. 
Informer, sensbiliser, sketchnoter. 

Le burn-out peut être détecté, peut être évité, et c’est toute ma mission que de transmettre cette informAction… et d’y mettre du Je(u) !

Avec François nous avons eu le privilège de faire un burn-out. 
Et surtout nous avons eu le privilège d’en revenir, de le potentialiser, et d’y mettre du je(u). 

Oui, on se remet d’un burn-out ! 
Parce que de la même façon qu’on réalise avec le recul que tout est toujours parfait, que le burn-out était un apprentissage, une leçon, on peut aussi réaliser que ce n’est « qu’un » burn-out. 
Pour avoir eu l’occasion d’échanger avec plusieurs d’entre lors de ce week-end de sensibilisAction : les somatisations d’un trop de stress peuvent être violentes, et même fatales. 

Le burn-out est une contraction.
Il est bien souvent suivi d’une expansion.
Ce message François Lemay le transmet sur scène, sur les réseaux, en retraite, et dans « Tout est toujours parfait ».

Trois conférences sketchnotées, et c’est cette année seulement, alors que j’ai eu le plaisir et l’honneur de partager l’affiche avec lui, pour Ose et Deviens revient, que j’ai enfin acheté et lu ce livre, rappel au corps et rappel au cœur pour l’esprit efferveScient que je suis…. 

Rappel au Je(u) aussi… 

Objectif Je(u) !

Mon message de stress-défense, j’ai choisi de le porter avec dragons et crayons ! 
« La pédagogie pour épée, l’humour pour bouclier », pour paraphraser Bernard Werber.
L’EfferveScience et la stress-défense.

Encore plus depuis que j’ai découvert le sketchnoting ! 

Et que de chemin parcouru depuis ! 
Le Sommet Online de la Pensée Visuelle, les Sketchnotes du Congrès Douance, ma formAction de sketchnoting, des ateliers, des prestas… clairement le sketchnoting est le « côté lumineux » de ma mission de sensibilisAction au burn-out, j’aime comme les deux se mêlent et se complètent. 

Et c’est avec une casquette de coach efferveSciente en plus, et cette autorisation de mettre du je(u), de libérer mon haut potentiel et faire de mes crayons mon outil de sensibilisAction massive que j’ai sketchnoté cette Soirée Potentiel… et rencontré mon Playmobil intérieur ! 

Soirée Potentiel "Vivre en Pleine Conscience" avec David Lefrançois et François LemayMerci @ Julie-Anne de Language Booster pour la photo 😉 

C’est en mettant du Je(u) qu’on peut au mieux à la fois s’épanouir et se préserver. 
Donner du sens, transmettre l’essence de son talent, dessiner ET informer. 
En pleine conscience. 
Même si ce n’est pas ‘sérieux’.
Hors des cases. 
Hors du cadre. 

Tout est toujours parfait.

S’il y a une chose que m’ont appris mes 3 burn-out, outre ralentir et s’avoir s’arrêter quand le flow n’est plus là, c’est libérer son haut potentiel.
Laisser s’exprimer son diamant intérieur, cet Ikigai qu’on a souvent délaissé pour des costumes trop lourds à porter, et trop formatés pour s’y épanouir. 

Bref : mettre du Je(u).

Aujourd’hui j’arrête de vieillir, je grandis. 
Et je remets du Je(u), enfin. 
Et de l’EfferveScience aussi.

C’est mon talent, c’est aussi la clé de la stress-défense.
La pleine conscience, et le Game of Thrown.
Mission Game of Thrown… En pleine conscience 😉

Ces dernières semaines ont été magiques. 
Je suis montée sur scène avec mon mentor, Martin Latulippe, qui a guidé ma reconversion.
Devant 1200 personnes (oui c’est beaucoup).
J’ai partagé la scène avec François Lemay.
J’ai enfilé un costume de Khaleesi pour parler de burn-out avec je(u) et humour.
J’ai sketchnoté massivement, partagé sur cet outil magifique que le sketchnoting pour gérer la (sur)charge mentale.
Enfin j’ai pris le temps de m’amuser, lire, dessiner, me former, ralentir… tout ce que j’avais, à une époque, oublié. 

Et j’ai pu poser avec la star de la soirée (bon ok je suis montée sur scène kidnapper un playmobil géant pour faire des photos avec lui !) : notre playmobil intérieur, celui qu’on a si souvent étouffé, réfréné, ignoré… et ça aussi c’est une des causes de l’invasion de burn-out…

Alors question : que ferait votre playmobil intérieur pour mettre plus de je(u) aujourd’hui ?

Prenez soin de vous… en pleine conscience 🖖

Pour mettre du Je(u) et libérer ton haut potentiel en mode je(u), carnets et crayons
RDV dans ma formAction « Sketchnoting efferveScient mode d’emploi »