Et si tu lisais ceci ;-) ?!

Et si tu lisais ceci ;-) ?!

Et si on arrêtait de se mettre mutuellement la pression 🤨 ?!
 
Expérience intéressante ces derniers jours : une trilogie de commentaires faussement bienveillants qui cachent autant d’injonctions à la SuperFection 🏅
 
Toujours la même structure : [conseil non sollicité + 😉]
 
Oui j’observe la structure des phrases ça m’aide à décoder vos intentions #aspergirl
 
Là j’ai eu droit à une super leçon, mais aussi une triste démonstrAction de mon dernier article sur l’importance d’habiter sa maison, en mode « concours de Maisons Témoins »  🏚🏠🕌

Habiter sa maison... et pas une maison témoin

Question : pour quoi 🤨 ?

Pourquoi rajouter à l’hyperstress et à la charge mentale générale en projetant ses injonctions sur les autres ?

Quand bien même vous auriez l’impression de prendre un boost de SuperFection en montrant que vous faites tout bien ça reste dans le mode sympathique (qui contrairement à son nom n’est pas sympa mais méfiant et agressif), et le bien-être ne se construit pas dans l’agression de l’autre mais dans la vraie collaborAction (on en parle dans POWER ✨, ou dans la dernière vidéo -très à propos- de David Lefrançois 💗)

Ce n’est en réalité constructif ni pour vous ni pour moi 😉
(Tu as vu le conseil non sollicité + clin d’œil là ? Je maîtrise ?)

Laissez-moi vous partager deux expériences, c’est non sollicité je sais, et vous en ferez ce que vous en voudrez c’est ok, juste ça me tient à cœur de le partager, aujourd’hui.

🌕 Côté lumineux de la Force 🌕

Ok, je ne chasse pas le Nutella mais je bois du Nespresso, sorry not sorry, mais il se trouve que ma dernière commande Amazon était d’un livre actuellement en rupture, que j’ai trouvé en occasion sur Amazon vendu non par Amazon mais par deux librairies qui ont pris l’initiative de mettre leurs ouvrages d’occasion en ligne 👍

Ceux qui ont déjà chassé de l’ouvrage scientifique théorique savent combien ce genre d’initiActive est précieuse 🙏🔬🤓

Comprendre : l’outil est ce qu’on en fait.

D’ailleurs je signale à tous les bien-pensants et autre Wonder Women que critiquer mon usage des GAFA sur Facebook c’est pas super congruent 😉
(et bim encore un conseil non sollicité, je deviens une vraie pro !)

Je dis ça sans jugement cependant, en fait ce serait bien de prendre conscience de nos comportements : à l’heure où je vois fleurir des « to do list du parfait écolo » à cocher dans les stories instagram, juste arrêter de se mettre la pression, à soi comme aux autres, et simplement faire sa part, à son niveau, sans se juger ni juger l’autre 😇🐥🖖 (il n’y avait pas de colibri, mais il est tout mimi ce poussin)

Perso après mes 3 burn-out je vous le dit : les to DO list c’est fini, maintenant je SUIS et je mets du JE(U) et de l’ETRE, plus de FAIRE, et je suis ok avec mon niveau de contribution, juste parfait selon mes possibilités, quoi que vous en pensiez.

Cerveau Cœur Corps : attention au déséquilibre

🌑 Côté obscur de la Force 🌑

Aujourd’hui c’est la fête des pères.
Bonne fête à tous les papas, en passant 😊🖖😘

Mon père nous a quitté il y a 10 ans maintenant.

Il s’est toujours donné sans limites dans son travail d’artisan. En permanence en souffrance, tendinites chroniques, fatigue permanente. Pas de burn-out car à l’époque on ne s’arrêtait pas (en revanche plusieurs de ses collègues se sont suicidé, on en parle peu mais c’est hélas trop courant chez les agriculteurs, indépendants et artisans…)

Le parfait travailleur. Il remplissait toutes les cases.

A sa retraite il est parti s’installer en Creuse pour acheter une maison.
Pour ME laisser une maison 🏠

Dans sa conception de la SuperFection c’était son idéal : travailler pour les siens, et investir dans la pierre pour laisser quelque chose à sa fille…

Là encore, il a coché toutes les cases.

Cette maison il ne l’a pas habité longtemps : un cancer l’a emporté rapidement, peu de temps après sa retraite, dont il n’a finalement pas profité.

Cette maison je l’ai rapidement vendue, et avec le recul je vois avec quelle logique implacable j’ai perdu l’argent qu’elle m’a rapporté, dans mon litige avec la BNP… 💸

En réalité je ne voulais pas une maison : je voulais mon Papa.

Aussi je vous le demande, avec une sincère bienveillance : que voulez-vous laisser à vos enfants ?

Une jolie photo de maison parfaite, mais vide, parce que vous ne serez plus là pour l’habiter 🏚 ?

Ou juste vous, bien présent.e au présent, dans un cocon d’amour bienveillant 👪🥰💒 ?

Habiter sa maison... AVANT qu'elle ne crame

Attention aux injonctions, attention au trop de pression.

Prenez juste le temps d’ETRE et de mettre du Je(u).

La partie n’est pas infinie, mais elle se prolonge d’autant qu’on joue tous ensemble, en mode collaborActif 🤝🖖🙌

C’est prouvé neuroscientifiquement, la bienveillance réelle est source d’ocytocine, quand des remarques passives-agressives ne font qu’entretenir votre cortisol #teamPOWER

Nous venons au monde câblés pour le lien 🐣 

C’est essentiel pour un bébé qui dépend des soins et de l’amour de ses parents pour survivre, mais aussi se développer et évoluer.

Or ce lien n’a pas toujours été bien construit ou bien entretenu, nous enfermant dans des états de stress chronique, de déséquilibre et d’isolement.
En témoigne la tragiquement célèbre expérience ou des bébés, nourris et lavés, mais privés de câlins et de paroles, se laissaient, tous, mourir. Illustration tragique de l’importance de du lien et de la connexion à l’autre et à soi dans notre épanouissement.

Dans des situations moins tragiques nous sommes cependant nombreux à avoir vu notre lien s’affaiblir de ne pas s’être sentis suffisamment aimés ou protégés, ou enfermés dans des messages contraignants qui créer un lien d’amour conditionnel et oppressant. Fragilisations qui construisent le terrain de futurs stress chroniques et dépressions… et que nous nous renvoyons mutuellement à coup de « commentaires bienveillants » qui ne le sont pas tant que ça… 

Nous savons maintenant pourquoi, et surtout comment sortir des états nocifs, comment revenir à soi et mettre du je(u). 
Ça commence par être présent.e au présent, en faisant de son mieux, sans se mettre la pression, ni à soi ni aux autres : chacun a son rôle à jouer, et on peut même jouer ensemble 😉 

Etre présent(e) au présent : c'est dans la Pleine Conscience qu'on trouve la Pleine Confiance

Nous baignons tous dans un cadre d’injonctions, et c’est tout naturellement (et souvent involontairement, voire même insconsciemment) que nous les transmettons / imposons aux autres… et c’est ok pour l’instant, la première étape c’est d’en prendre conscience !

Attention à la corégulation, nous avons tendance à transmettre nos états aux autres, de la même façon que nous voulons « partager » nos injonctions. Ici la série de petites attaques gratuites m’a bien mis dans mon sympathique, c’est une réaction naturelle, là encore la première étape est d’en prendre conscience, et ensuite on peut remonter doucement dans sa pleine confiance et se reconnecter à soi, et mettre du je(u). 

Mais j’ai pu écrire ce pavé cet article format post Facebook pendant que mon copain appelait son papa (pas forcément un moment facile), donc pour ça MERCI : déjà ça m’a occupé l’esprit, j’espère que ça aura pu en inspirer certain.e.s, et dans tous les cas je savais déjà que j’en ferai un article pour le poster à la prochaine remarque non sollicitée 😊

Je savais même déjà comment l’intituler, pour coller aux règles de ce jeu toxique et à mes futurs partages : « Et si tu lisais ceci 😉 ?! » 

Avec l’aperçu parfait, celui qui met déjà une dose de pédagogie bienveillante et illustrée dans mon recadrage :

Merci donc de m’avoir lue, ton énergie comme la mienne sont précieuses. 

Et si on les préservait pour mieux les faire rayonner, et se réchauffer plutôt que s’agresser ? 

Il n’est jamais trop tard pour mettre du Je(u) et se (re)connecter à soi 🖖 

💚 La pédagogie pour épée, l’humour pour bouclier 💚

Tout est toujours parfait… avec du Je(u)

Tout est toujours parfait… avec du Je(u)

Tout est toujours parfait. 
Ce titre je l’emprunte à François Lemay.
Et je le complète : avec du Je(u).
Et un peu de recul aussi…

« Tout est toujours parfait » c’est le titre du livre de François Lemay, mais aussi de sa conférence actuellement en tournée.
Cette conférence j’en ai vu un premier extrait au live de l’Académie Zérolimite, la formation qui m’a appris mon nouveau métier d’infopreneuse et à accompagné ma reconstruction, et ma reconversion, après mon 3ème burn-out. Je n’en ai pas de sketchnote mais un article car à l’époque j’ignorais tout du sketchnoting, jusqu’à son nom. 
C’était il y a 3 ans. 

C’est avec du recul et une bonne dose de Je(u) que je voudrais revenir sur la trilogie de leçons apprises au cours de ces 3 années, et comment j’y mets toujours plus de je(u) pour construire mon univert (l’infini et au-delà) 🙂 

Avec ce message : tout est toujours parfait. Avec du Je(u) 😉 

Slow must go on

Mardi dernier je sketchnotais la Pleine Conscience avec David Lefrançois et François Lemay.

Soirée Potentiel "Vivre en Pleine Conscience" avec David Lefrançois et François Lemay

Pour voir le replay de la conférence :

François Lemay a eu « le privilège immense de faire un burn-out » (je le cite).
Un seul lui a suffit.
Moi j’ai un peu plus approfondi le sujet !
Mon côté perfectionniste…

Et pourtant mes burn-out, je les ai faits en Pleine Conscience !
Cette conscience de scientifique, qui concevait (déjà) des supports de sensibilisAction en médecine préventive, pour mieux comprendre (entre autres) les mécanismes du stress… et du burn-out.
*c’est le moment où tu peux rire* Les cordonniers toussa toussa…
Cette conscience de perfectionniste, qui a longtemps cru que parce qu’elle savait faire elle devait faire (ou comment collectionner des postes en mode Pokemon).
Cette conscience de sur-investie, qui au lieu de FUIR quand on lui a proposé de cumulé 4 postes a fait un joli PowerPoint pour expliquer pourquoi et comment elle n’y arriverait pas… 
(et non pas de Happy Ending : je me suis effondrée lamentablement la veille de mon anniversaire, mais au moins cette fois je n’y suis pas retournée)

Donc à part sur le premier burn-out, à l’époque encore peu documenté en France, mes deux autres burn-out ont été totalement conscients.
Je lisais et connaissais tellement bien les effets du stress dans mon organisme que j’aurais pu faire du coloriage de ma pile intérieur en temps réel !
(car le burn-out est une pile n’est pas une pile qui se vide mais s’oxyde de l’intérieur, si tu veux un rappel ma webconférence Mission Game of Thrown est toujours disponible en replay)

Mais ça ne m’a pas empêché de chuter. 
D’aller au bout de l’épuisement. 
De me cramer jusqu’à m’effondrer.
3 fois. 

Tout est toujours parfait, même un burn-out.
Tout est toujours parfait, même une trilogie de burn-out. 
Tout est toujours parfait, car après chaque contrAction vient une expansion. 
Et ce « Action » là n’est même pas de moi : la contrAction EST un mouvement, TOUT est mouvement. 

Si le message n’est pas entendu, il revient.
Ce à quoi tu résistes persiste.
Et it’s okkkkkkkkk comme le dit François.
It’s a process. 

It's OK It's a PROCESS-François Lemay

Il m’a fallu 3 burn-out pour comprendre que les sciences et la médecine ne suffisaient pas à comprendre le burn-out.
Ni à s’en préserver.
Tout au plus à le vivre en Pleine Conscience, mais quel intérêt si on n’est pas capable de s’arrêter à temps ? 

Pour ça il m’a fallu le coaching.
Comme coachée d’abord, puis comme coach, parce que tu connais mes valeurs : apprendre et partager, infuser et diffuser.
Et toutes ses notions fort sympathiques que sont l’estime de soi (ou plutôt son absence), les messages contraignants, les limites (ou plutôt, là encore, leur absence)… 
Toutes ces notions de préservAction et de Je(u) qu’on a omis de nous inculquer à l’école, pour y préférer la compétition, la comparaison, la SuperFection… la combo pas si super pour faire du burn-out une épidémie, une invasion massive qui touche de plus en plus de monde et de plus en plus jeune. Parce qu’à toujours foncer on en oublie l’essentiel : ralentir. S’écouter. Et lâcher prise. 

Mission Game of Thrown.

Savoir ralentir.
Savoir s’arrêter.
A temps.

Un message qui raisonne et résonne, et pour cause… 

 

Flow must go on

Pendant la conférence j’ai réalisé que c’est avec eux, David et François, que j’ai testé pour la première fois le sketchnoting live. 
En janvier 2017, quelques jours après avoir découvert le terme « sketchnoting » dans LE premier livre francophone sur le sujet.

Le thème : le lâcher prise. 
Ou Game of Thrown, donc.
Il est nécessaire pour capter l’essence d’une conférence en temps réel.
Mais aussi pour se préserver et savoir s’arrêter à temps. 

Résultat ? Non pas une mais 3 sketchnotes pleines de sens et de stress-défense pour enfin mettre du Je(u).

Tout est toujours parfait : une trilogie de sketchnotes pour lâcher prise en pleine conscience avec François Lemay

Une (triple) pépite de stress-défense à cette époque où nous ne savons plus ralentir… David Lefrançois. François Lemay. Lâcher prise. Pleine conscience. Et ce rapport au temps qui s’accélère : toujours plus, toujours plus vite… STOP ! 

Tout était là, dès la première sketchnote, ma première sketchnote. 

Savoir quand tu forces trop.
Quand ça coince. 
Que le flow est coupé.

Les signes sont toujours là. 

S.T.O.P.
Se Taire et Observer Patiemment. 

Savoir quand s’arrêter.
Savoir qu’on peut s’arrêter. 
Qu’on a le devoir de se préserver. 

Mais que c’est ok. 
De tomber quand même. 
Parce qu’on a été conditionnés à foncer.
A souffrir.
A tenir. 

Snow must know on 

Tout est toujours parfait. 
C’est parfois difficile à entendre quand on est dedans, mais le burn-out est un apprentissage.
Cette leçon qu’aucune quête ne mérite qu’on s’épuise pour elle. 

On nous sert du Wonder Woman, du SuperMan, ou une Khaleesi qui traverse les flammes comme role models. 
Leur point commun ? 
Ils ne sont pas humains. 

Et ils ont des moyens à la hauteur de leur quête, contrairement à toutes celles et ceux qui vont jusqu’au burn-out… 

Mon 3ème burn-out a été rapide, violent, mais fluide : il a marqué le début de ma mission de sensibilisAction
En ça, il a été parfait. 
Tout est toujours parfait. 

Il y a 3 ans maintenant j’ai tombé le masque de la normalité et le costume de SuperFection pour mettre mon costume de Khaleesi de Stress Fighters et parler de burn-out, de stress-défense, et de sensibilisAction. 

Mission Game of Thrown pour Ose et DeviensMission Game of Thrown pour Ose et deviens revient

C’est avec toute mon efferveScience que j’ai voulu partager les leçons apprises au plus grand public, parce que « Snow must know on » (dédicace à Jon Snow, Game of Thrones, « you know nothing »).


Petit rappel : NON le burn-out n’est pas une pile qui se vide !
Pour en savoir plus le replay de Mission Game of Thrown reste disponible

Le burn-out est un apprentissage, celui de la préservAction.
Du je(u).
De l’estime de soi aussi, celle qui fait que tu ne vas pas jusqu’à t’effondrer pour un boulot.

Mais on peut je le crois apprendre la leçon sans passer par la case burn-out. 
Même si ma trilogie de burn-out était parfaite pour moi, j’ai à coeur de passer ce message. 
Informer, sensbiliser, sketchnoter. 

Le burn-out peut être détecté, peut être évité, et c’est toute ma mission que de transmettre cette informAction… et d’y mettre du Je(u) !

Avec François nous avons eu le privilège de faire un burn-out. 
Et surtout nous avons eu le privilège d’en revenir, de le potentialiser, et d’y mettre du je(u). 

Oui, on se remet d’un burn-out ! 
Parce que de la même façon qu’on réalise avec le recul que tout est toujours parfait, que le burn-out était un apprentissage, une leçon, on peut aussi réaliser que ce n’est « qu’un » burn-out. 
Pour avoir eu l’occasion d’échanger avec plusieurs d’entre lors de ce week-end de sensibilisAction : les somatisations d’un trop de stress peuvent être violentes, et même fatales. 

Le burn-out est une contraction.
Il est bien souvent suivi d’une expansion.
Ce message François Lemay le transmet sur scène, sur les réseaux, en retraite, et dans « Tout est toujours parfait ».

Trois conférences sketchnotées, et c’est cette année seulement, alors que j’ai eu le plaisir et l’honneur de partager l’affiche avec lui, pour Ose et Deviens revient, que j’ai enfin acheté et lu ce livre, rappel au corps et rappel au cœur pour l’esprit efferveScient que je suis…. 

Rappel au Je(u) aussi… 

Objectif Je(u) !

Mon message de stress-défense, j’ai choisi de le porter avec dragons et crayons ! 
« La pédagogie pour épée, l’humour pour bouclier », pour paraphraser Bernard Werber.
L’EfferveScience et la stress-défense.

Encore plus depuis que j’ai découvert le sketchnoting ! 

Et que de chemin parcouru depuis ! 
Le Sommet Online de la Pensée Visuelle, les Sketchnotes du Congrès Douance, ma formAction de sketchnoting, des ateliers, des prestas… clairement le sketchnoting est le « côté lumineux » de ma mission de sensibilisAction au burn-out, j’aime comme les deux se mêlent et se complètent. 

Et c’est avec une casquette de coach efferveSciente en plus, et cette autorisation de mettre du je(u), de libérer mon haut potentiel et faire de mes crayons mon outil de sensibilisAction massive que j’ai sketchnoté cette Soirée Potentiel… et rencontré mon Playmobil intérieur ! 

Soirée Potentiel "Vivre en Pleine Conscience" avec David Lefrançois et François LemayMerci @ Julie-Anne de Language Booster pour la photo 😉 

C’est en mettant du Je(u) qu’on peut au mieux à la fois s’épanouir et se préserver. 
Donner du sens, transmettre l’essence de son talent, dessiner ET informer. 
En pleine conscience. 
Même si ce n’est pas ‘sérieux’.
Hors des cases. 
Hors du cadre. 

Tout est toujours parfait.

S’il y a une chose que m’ont appris mes 3 burn-out, outre ralentir et s’avoir s’arrêter quand le flow n’est plus là, c’est libérer son haut potentiel.
Laisser s’exprimer son diamant intérieur, cet Ikigai qu’on a souvent délaissé pour des costumes trop lourds à porter, et trop formatés pour s’y épanouir. 

Bref : mettre du Je(u).

Aujourd’hui j’arrête de vieillir, je grandis. 
Et je remets du Je(u), enfin. 
Et de l’EfferveScience aussi.

C’est mon talent, c’est aussi la clé de la stress-défense.
La pleine conscience, et le Game of Thrown.
Mission Game of Thrown… En pleine conscience 😉

Ces dernières semaines ont été magiques. 
Je suis montée sur scène avec mon mentor, Martin Latulippe, qui a guidé ma reconversion.
Devant 1200 personnes (oui c’est beaucoup).
J’ai partagé la scène avec François Lemay.
J’ai enfilé un costume de Khaleesi pour parler de burn-out avec je(u) et humour.
J’ai sketchnoté massivement, partagé sur cet outil magifique que le sketchnoting pour gérer la (sur)charge mentale.
Enfin j’ai pris le temps de m’amuser, lire, dessiner, me former, ralentir… tout ce que j’avais, à une époque, oublié. 

Et j’ai pu poser avec la star de la soirée (bon ok je suis montée sur scène kidnapper un playmobil géant pour faire des photos avec lui !) : notre playmobil intérieur, celui qu’on a si souvent étouffé, réfréné, ignoré… et ça aussi c’est une des causes de l’invasion de burn-out…

Alors question : que ferait votre playmobil intérieur pour mettre plus de je(u) aujourd’hui ?

Prenez soin de vous… en pleine conscience 🖖

Pour mettre du Je(u) et libérer ton haut potentiel en mode je(u), carnets et crayons
RDV dans ma formAction « Sketchnoting efferveScient mode d’emploi » 

Aspergirl : la double efferveScience

Aspergirl : la double efferveScience

Cet article aurait pu être un simple article de bilan de fin d’année. 
Mais non.
En tout cas pas que, clairement pas. 

Je n’ai pas fait de bilan l’année dernière, occupée que j’étais à « baby-breaker » pour l’arrivée de mon Mini Geek bien sûr, mais là encore : pas que. 
Si je me suis pliée à l’exercice de la célébrAction de ma première année d’infopreneuriat fin 2016, je n’ai jamais récidivé.
En fait j’ai vite du me rendre à l’évidence : dans l’infopreneuriat aussi, je fais peur

Le cri efferveScientLe Cri EfferveScient

Que ce soit au moment de faire le point sur mes projets et avancées, mes contenus accumulés, et mon rythme chevronné : l’efferveScience est partout, criante, effrayante. 
Un ressenti fréquent des nouveaux arrivés sur ce blog : cette impression de tout, de trop, et cette peur de manquer face à tout ce contenu… 
Cette « Fear of Missing Out », quand j’aimerais propager une « Fear of Burning Out »… 
Et pourtant je sais combien un tel « trop d’information » peut être difficile à traiter en plein burn-out… 

Alors j’ai tombé le masque, une fois déjà, pour parler de mon effervescient atypisme rayé, cette zébritude appelée douance, ou « haut potentiel ».
L’occasion de parler de l’épidémie de burn-out chez les profils atypiques, dans l’un des articles les plus lus de ce blog de sensibilisAction. 

EfferveScience créActiveEfferveScience créActive : le côté zébré de la Force

Mais il faut que je me rende à l’évidence : les rayures ne font pas tout.
Mon absence maladive de limites non plus je pense, même si elles entrent assurément en je(u), mais là encore : pas que.  

Si je n’ai plus partagé mes bilans de fin d’année, outre ne pas aimer le côté « obligé » de l’exercice, c’est que mes bilans font peur. 
Même aux zèbres atypiques, comme j’ai encore pu le voir au dernier Congrès Douance, ou dans de (trop) réguliers échanges, c’est pour dire ! 
Que ce soit par le nombre de contenus conçus, de projets menés, de formations créés ou achevées, et cette effrayante régularité, même en rajoutant un Mini Geek dans l’équation (même si c’est plus compliqué) : je fais peur, je sais. Je peux aussi faire culpabiliser. Ou j’impressionne, ça dépend du point de vue. J’énerve peut-être aussi, qui sait ? Bref : d’avoir libéré mes neurones dans toute l’indépendance de l’infopreuneuriat, d’avoir relâché le « frein à main neuronal » que mettent les atypiques en entreprise pour paraître plus « normaux », j’ai remis en lumière ma différence. Ce cerveau efferveScient que rien n’arrête, à part peut-être une trilogie de burn-out, et encore, c’est à peine vrai sur le dernier : sans dépression le cerveau marche encore… 

Aussi je pense qu’il est temps pour moi de montrer une deuxième carte de mon je(u). 
Plus délicate à évoquer, plus floue aussi, et pourtant de plus en plus présente et évidente, encore plus dans le décalage et la comparaison : mon atypisme n’est pas simple, il est double. 

Au pays merveilleux de l’EfferveScience, laisse-moi te faire passer du côté Aspie du miroir… 

De l'autre côté du miroir : l'efferveScience atypique

Aspergirl : le côté Aspie de la Force

Alors je n’ai ni l’envie ni la vocation de faire un exposé sur le syndrome d’Asperger, forme d’autisme dite « de haut niveau » qui peut rester longtemps invisible, comme ça a été mon cas. Parce que d’autres l’ont déjà fait avant moi (voir Les Tribulations d’une Aspergirl, Julie Dachez aka Super Pépette ou l’excellent article de Fabienne Cazalis, pour n’en citer qu’une trilogie), et parce que je sens poindre cette petite voix de l’imposteur que connaissent si bien les atypiques et infopreneurs… et pour cause : je ne suis pas passée par la case diagnostic, sur cet aspect de ma différence en tout cas. 
Parce que le processus est long, très long, déjà (et la patience n’est clairement pas mon point fort), avec une certaine crainte du résultat aussi, tant le diagnostic peut être compliqué pour des femmes sur-adaptées mais sous-diagnotiquées, même si des projets de recherche sont en cours pour faciliter le diagnostic des femmes autistes (dont on retrouve les caractéristiques dans cet article, avec cette notion de l’épuisant « costume de normalité » qui m’est chère). 


Le syndrome d’Asperger au féminin par Julie Dachez aka Super Pépette
dont je vous recommande+++ la BD « La différence invisible » pour mieux comprendre le syndrome d’Asperger

Et pourtant, cette différence est là, de plus en plus évidente, autant dans ma perception que dans vos retours… 
Parmi les zèbres hauts potentiels « sur »-doués déjà, qui m’interrogent régulièrement sur mon effrayante productivité et mon univers décalé, et parce que mine de rien vous êtes vite fatigants, zèbres ET normopensants, surtout en troupeau, pour l’autiste introvertie que je suis, même si j’adore être entourée d’efferveScients esprits brainstormant au même rythme 😉 
Parmi les Asperger et surtout aspergirls « avérées » surtout, avec un effet miroir d’une saisissante justesse, et cette sensation d’enfin me reconnaître, et d’enfin être apaisée, dans cette même quête de calme, de sens et de ressourcement qui font du quotidien un défi de stress-défense où plane l’ombre du burn-out pour les sur-sur-adaptés que nous sommes… 

Alors oui ce n’est qu’une hypothèse, non vérifiée en plus, mais comme pour les rayures je ne cours pas après une étiquette de plus à collectionner en mode Pokemon, mais plutôt après un mode d’emploi, d’autres règles du je(u) pour expliquer les parties encore obscures de ma personnalité encore socialement maladroite et décalée, qui a parfois du mal à comprendre ses congénères et leurs intentions… Entre nous j’ai souvent besoin de l’aide de mon copain pour décoder certains messages ou prises de contact que je reçois sur EfferveScience ou ailleurs, hermétique que je suis aux sens cachés et aux subtilités diplomatiques. Même le jeu Civilisation le dit : je n’ai aucune diplomatie, même si j’étudie encore et toujours les règles du je(u) pour donner le change ^^ !

Une particularité parfois source de malentendus et quiproquos, qui n’est je pense pas étrangère à ma tendance à collectionner les burn-out… 

Si je n’aime pas le terme « sur »-doués pour parler du mode de pensée des atypiques zébrés, qui est différent plus que « sur » ou tout autre terme qualitatif quand nous pensons juste différemment, plus vite et sans filtre, je me dois de souligner combien le masque de normalité est épuisant à porter quand on doit sans cesse développer ses idées « au ralenti » pour ne pas effrayer les normopensants tout en décodant les signaux non verbaux et autres intentions souvent obscures… 

Tout est plus coûteux en énergie. Ou en cuillères, pour reprendre la théorie de Christine Miserandino bien connue en stress-défense puisque reprise par Anne Everard dans son « Guide du Burn-out » pour illustrer le coût en énergie des journées après un burn-out, et qui s’applique aussi aux particularités des autistes Asperger : 


Syndrome d’Asperger et fatigabilité : la théorie des cuillères par Julie Dachez aka Super Pépette
dont je vous recommande toujours +++ la BD « La différence invisible » 😉 

A noter que pour les atypiques tout est plus coûteux en énergie/cuillères,
tandis qu’après un burn-out c’est le stock de cuillères disponible au réveil qui diminue drastiquement : normal, les réserves d’énergie sont à plat.

J’ai l’habitude de dire que si les normopensants pensent en ADSL, assailli comme nous tous de l’efferveScience croissante d’information à traiter,  les atypiques zébrés pensent eux avec la fibre mais sans parefeu ni bouton stop, et ça peut vite être épuisant… attention à la (sur)charge mentale qui is coming !
Et pour la team Asperger l’info arrive sans décodeur ! Encore plus au moment de gérer l’interface avec les autres utilisateurs 🙂 !!! 

Normopensants VS EfferveScients : attention à la surchauffe mentale

Ou en moins geek : comme tous les esprits efferveScients je pense plus vite et avec l’hypersensibilité qui m’interdit de filtrer les informations, bruits et autres stimuli environnants, avec en « bonus Asperger » des difficultés à saisir les attentes et intentions sociales qui sont là aussi coûteuses en énergie, et peuvent vite donner lieu à des interactions hasardeuses et incongrues pour cause d’incompréhension mutuelle…

Et si l’infopreneuriat m’a apporté la chance de ne plus avoir à porter mon masque de normalité, et à réduire et surtout trier mes interactions pour ne garder que de passionnantes et efferveScientes collaborActions, en libérant le rythme de mes neurones j’ai vite retrouvé cette impression de décalage… et ce qui n’était qu’une suspicion est vite devenu une profonde conviction : dans le grand je(u) de l’efferveScience, j’avais tiré deux fiches perso ! 

Aspergirl efferveSciente : le masque de la différence invisible

Twice exceptional : la double efferveScience 

Alors je le précise tout de suite : on n’est pas obligatoirement « surdouée » quand on est Asperger.
Et la réciproque est encore plus vraie : avoir un esprit efferveScient n’implique pas de passer par la case autistique du syndrome d’Asperger.
De plus l’autisme Asperger n’est pas une MALADIE mais un syndrome… comme le burn-out d’ailleurs 😉 
C’est une position du curseur sur le large spectre que sont les troubles autistiques, avec des difficultés d’ordre social certes, mais je pense aussi un engrais conséquent sur mon terrain créActif et efferveScient 🙂 

Ceci étant posé, il arrive que l’atypisme se présente en mode « combo », avec non pas une mais deux caractéristiques efferveScientes, comme les surdoués TDA(H) (dits « guépards« ), les surdoués DYS, ou les surdoués autistes Asperger. Une « double exceptionnalité » que les anglo-saxons, biiiiiiiiien plus en avance sur nous sur ce sujet, appellent « twice exceptional » : doublement exceptionnel. 

Un terme que j’ai découvert grâce au Congrès Douance, que j’ai eu le plaisir de sketchnoter et de représenter en tant qu’ambassadrice cette année, et pour d’autres projets efferveScients à venir, dans le contenu des conférences mais aussi par un nouvel effet miroir, lors de l’EfferveSciente et passionnante conférence de Tanya Izquierdo : 

La Douance un Potentiel Fragile : les Twice Exceptional par Tanya Izquierdo au Congrès Douance

Extrait de la conférence La Douance un Potentiel Fragile de Tanya Izquierdo au Congrès Douance,
à retrouver dans le pack du congrès ou dans son dernier ouvrage « Univers surdoué« 

Un sujet encore trop peu exploré en France, mais qui gagne à être explorer, tel un je(u) ou les fiches perso pourraient se combiner pour donner de nouvelles unicités (car au-delà des étiquettes nous sommes tous uniques). 

Je pense avec le recul que ma douance m’a aidé à compenser et masquer plus efficacement mes traits autistiques, même si le masque reste énergivore à porter, me permettant de potentialiser les deux profils tout en estompant une partie des difficultés sociales, au moins aux yeux de mes interlocuteurs. C’est un part du problème de la non identification des profils Asperger au féminin, ou Aspergirls, que les zèbrettes masquées que nous sommes semblent plus à même de camoufler, mais l’avenir et la recherche nous le diront… 

D’un autre côté, je pense que c’est à mon profil autistique que je dois cette capacité de production et de concentration permanente, mais aussi cette incapacité à m’arrêter, m’écouter, et… mettre du je(u). 

I'm ok... or not. De l'art efferveScient de ne pas s'écouter.
De l’art de ne pas s’écouter : la recette du burn-out.

Vert l’infini efferveScient… et le burn-out 

C’est donc sans surprise (pour moi en tout cas) que mon article de fin d’année a complètement dévié, mais c’est ça aussi l’efferveScience 😉 
L’efferveScience ET la stress-défense.
Parce que mon combat est autant celui de la sensibilisAction au burn-out que celui de la préservAction des profils atypiques et efferveScients, ces zèbres premières victimes de l’épidémie de burn-out… 

Cerveau Cœur Corps : attention au déséquilibre
Cerveau Cœur Corps : attention au déséquilibre

Difficile de lutter contre un cerveau efferveScient, encore plus quand on n’a pas appris à s’écouter, ou qu’on a trop longtemps ignoré ses particularités… Trop de zèbres découvrent leur particularité après un burn-out, et c’est un double problème de sensibilisAction, à l’atypisme et au burn-out, à l’efferveScience et la stress-défense. 

Mais de l’autre côté des contrées obscures du burn-out il y a aussi ces troupeaux de zèbres enfin révélés qui déploient leurs rayures sur les chemins de l’infopreneuriat et l’entrepreneuriat, armés de leur adaptabilité et de leur insatiable capacité à apprendre et progresser, mais souvent cassés par le burn-out, et rongés des doutes que le grand méchant Imposteur vient murmurer à l’oreille de nos équidés rayés… 

Alors qui peut-être que j’ai largement digressé… mais peut-être pas 😉 

En tout cas ça ne m’empêchera pas de vous parler brièvement de mes projets, et de pourquoi je me suis abstenue de les partager autrement qu’à doses homéopratiques.  

Pour ne pas faire peur déjà, parce que le chemin parcouru en ces deux années semble assez démesuré avec un Baby Break intégré.
Parce que mes projets peuvent souvent passer comme assez dispersés et efferveScients, et c’est toujours un vrai problème à l’heure de structurer mon site web, ou pitcher ^^ ! 
Parce que même si j’ai réduit mon rythme d’articles publiés j’ai quand même sortis de GROS dossiers comme la TPV ou le burn-out entrepreneurial cette année… 
Parce que depuis 2 ans ce ne sont pas moins de 3 diplômes que j’ai collectionnés, entre la certification de coaching, mes 2 niveaux de Reiki et ma certificAction en Théorie PolyVagale, cette science de la confiance et de la stress-défense que je n’ai pu m’empêcher d’illustrer et sur laquelle porte un de mes deux livres en cours… Oui, oui, deux. Mais en stand by pour l’instant hélas. 
Parce que sur ces mêmes 2 années ce sont aussi 4 nouvelles formActions lancées, dont deux tout nouveaux projets menés de front à la rentrée, sur 3 thématiques différentes, la conception pédagogique et la stress-défense en mode aWare (mon application de la TPV à la stress-défense), alors même que j’intervenais sur 2 congrès (en même temps !) : avec d’un côté le tout premier Sommet Online de la Pensée Visuelle, et de l’autre la 3ème édition du Congrès Douance, que j’ai par ailleurs intégralement sketchnoté, tout en lançant dans la foulée ma première formAction en ligne sur le sketchnoting ! (aaaaaaaah !!!)


On la voit bien là l’EfferveScience non ^^ ?!
Ou comment un profil atypique peut pondre une formation en 4 jours et un livret en une nuit sur un « intérêt spécifique » (ou plus joliment une passion),
et en parler avec cet enthousiasme propre à masquer toutes les difficultés de communicAction 🙂

Et tout ça alors que je préparais un déménagement, avec une nouvelle quête de nounou, les éternelles galères administrActives avec Pole Emploi, et entre les semaines de déplacement récurrentes de mon copain (ou comment tourner une formAction le jour en vidant des cartons et montant des meubles le soir…)
Sans compter le beau moment de panique quand j’ai enfin mis un terme à mon litige bancaire, qui en plus de son rôle actif dans 2 de mes 3 burn-out m’aura finalement coûté 17000€, mettant en péril l’avenir de mon activité que j’ai du très rapidement redéfinir et enrichir, avec un retour au graphisme et à la conception pédagogique en même temps que mes trop nombreux projets de fin d’année, passionnants certes mais physiquement épuisants, surtout avec des semaines de juste 3 jours de garde de Mini Geek, dont un jour a sauté pendant toute la rentrée pour aller surveiller les travaux de notre nouveau chez nous avant de préparer le déménagement (qu’on a délégué, quand même !)… Bref, la fin d’année a été particulièrement -trop- chargée,  

Si on ajoute à ça mes coachings bien sûr, puis mes nouveaux contenus pour illustrer l’Ikigai, puis le refondre avec sa version triforce, mes premières animations de conférences en école et entreprises, qui sont venus compléter mes interventions dans la reconversion, une trilogie d’ateliers dont mon tout nouveau et particulièrement pédadogeek Mission Game of Thrown, que j’ai en plus tourné en version en ligne dans la foulée, la co-animAction d’un atelier Ikigai pour mon amie Alexandra Vassilacos pour Ose et Deviens, une belle série d’interviews sur le burn-out et la stress-défense, notamment entrepreneuriale, le podcast On Veut Tout, et mon interview d’Antoine BM alors que mon appart était à l’état de pile de cartons (on est allés dans un super lieu geek pour la peine)… tu vois le tableau : chargé. EfferveScient. Mais pas franchement stress-défense. 

EfferveScience créActive en mode AspergirlLes Aspergirl efferveScientes avancent masquées…
enfin plus maintenant !

Bref, difficile de parler de slow must go on et de stress-défense si je devais partager la réalité de mon emploi du temps… 

Et j’en profite pour remercier les participants de la team TPVVIP et d’Objectif FormAction qui ont subi mes réajustement d’emploi du temps pour survivre à cette fin d’année mouvementée : me voilà parée à lancer de nouvelles éditions, et monter LA formAction pour construire ses formActions, tournée en direct de mon nouveau mur vert… l’infini et au-delà ! 
J’ai bien sûr dû réajuster notre planning pour tenir les échéances de fin d’année et me préserver, et c’est ok, je ne suis pas WonderWomind non plus rassurez-vous 😉 

Résultat : l’occasion de repenser toute cette efferveScience.
Et commencer à la partager, dans toute sa réalité, pour vous rassurer j’espère, faire comprendre qu’il n’y a pas lieu de comparer quoi que ce soit, c’est vrai pour tout le monde d’ailleurs, mais encore plus face à une Aspergirl efferveSciente, mais aussi réajuster, pour une nouvelle année certes toujours efferveSciente, mais moins sur-chargée. 

A l’heure des bilans de fin d’année, c’est tout mon projet que j’ai remis en perspective… et en image bien sûr, parce que l’efferveScience se sketchnote 😉 

EfferveScience illustrée : de l'efferveScience à la stress-défenseEfferveScience et stress-défense sont les deux faces d’une même pièce, les deux voies d’une même quête. 

Mon atypisme en fait partie, de plus en plus, c’est un peu le cerveau, au sommet, et ce n’est pas pour rien je crois que mes coachés sont tous au moins zébrés 😉 (ou que tu as réussi à lire cet article jusqu’ici, et je t’en remercie) 😉
Pas forcément le côté twice exceptional et aspergirl, trop spécifique je pense, mais l’efferveScience dans toute sa diversité, les zèbres, multipotes, TDA(H), DYS and co, tous ces cerveaux qui bouillonnent et pour qui les idées fusent et infusent, source de motivAction mais aussi de frustration parfois face à ces projets avortés, et de sur-charge mentale souvent… 

La base, mes racines, le fondement de mon projet reste la stress-défense, cette sensibilisAction au burn-out qui reste mon expertise, ma mission, mon flambeau de Khaleesi des Stress Fighters, parce que le besoin est là, toujours si présent, trop présent, et que j’aime proposer mes contenus ludiques et décalés, plus uniquement comme formatrice et conférencière mais aussi comme conceptrice, pour diffuser plus largement mes idées, sensibiliser plus massivement, et ça sans m’épuiser devant la taille des armées de Working Dead à informer 🙂 

Ce qui met en lumière mon centre, mon Super Pouvoir, mon diamant intérieur, celui qui fait rayonner et différencie mon Ikigai : la pensée visuelle ! 
La pédagogie pour épée, l’humour pour bouclier : trouver des images pour former et informer, c’est là qu’est ma force !
Elle s’est manifestée dans mes contenus de stress-défense, assez naturellement, de par mon passé de graphiste et conceptrice pédagogique, elle s’est encore plus révélée par le sketchnoting ou quand j’ai mis en image et fiches perso la Théorie PolyVagale, comme je mets en image les idées des formateurs et conférenciers que je sketchnote 🙂 


Mon classeur efferveScient, le résultat de ma première année (et demie) de sketchnoting.
Envie de te lancer ? RDV dans ma formAction 😉

Et c’est pour ça qu’à l’heure du bilan annuel, ce moment où fleurissent les ‘best of 9’, ces mosaïques des 9 meilleurs souvenirs de l’année, c’est plus un nouveau terrain de je(u) que j’ai vu émerger.
Parce que c’est trop dur de choisir juste 9 souvenirs déjà, mais aussi parce que c’est plus l’explorAction de nouveaux univers qui marque cette année, pleine d’EfferveScience et de stress-défense 🖖

Mon best of nine efferveScient 2018

Une efferveScience de contenus et formActions pour une trilogie d’univers : stress-défense bien sûr avec Stress Fighter @ toute heure version TPV et Mission Game of Thrown mais aussi EfferveScience avec le sketchnoting et la conception pédagogique, qui sont autant de voies pour mettre mes idées en images… et vos idées aussi 😉 

C’est un peu la croisée de mes univers qui marque ce bilan qui est tout sauf une fin, ou un commencement, mais une quête permanente faite de je(u), réajustée en permanence au fil des rencontres et projets…

Le terrain de je(u) existait déjà : « EfferveScience » est bien plus vaste que la seule stress-défense, et je savais au fond que mes explorActions me conduiraient sur la voie de la différence, mais aussi du partage et de la mise en image de vos idées et de mes apprentissages. 

Objectif formAction version 2.0 est tournée et is coming, de nouvelles aventures aux pays de la stress-défense en mode aWare aussi, de la sensibilisAction massive, des projets de livres que j’espère rapidement reprendre, de nouveaux coachings aussi avec une trilogie de places en cette nouvelle année, et encore plein de belles aventures efferveScientes et stress-défense à suivre… 

EfferveScience et stress-défense : les deux voies d’une même quête faite de je(u).

Et ce que je te souhaite, et pas seulement pour cette nouvelle année : pas de recette toute faite, de cases ou d’étiquettes mais du je(u), ton je(u), fait d’efferveScience et de stress-défense 🚀🖖

A toi de jouer !

2019 loading objectif mettre du je(u)

Burn-out entrepreneurial : mission préservAction

Burn-out entrepreneurial : mission préservAction

J’ai un message à partager. 

Tellement important qu’il a déjà été par 3 fois supprimé. 

Symptomatique. 
Décevant. 
Mais rien n’arrête une idée 😉 

Aujourd’hui je vais te parler du burn-out entrepreneurial. 
Mais aussi du burn-out maternel, et de la super combo, le burn-out mumpreneurial.
(les mamans entrepreneures, team rejointe il y a 9 mois maintenant, il pousse vite le petit dragonneau…)
Car ils sont très liés dans leurs mécanismes & particularités.  

Et non, le burn-out n’est pas que professionnel, contrairement au cadre que fixent les premières définitions officielles… qui ont le mérite d’exister, et tout ce qui existe peut évoluer, c’est la prise de conscience qui est le pas le plus difficile, le reste est un chemin plus ou moins long… comme le burn-out. 

C’est parti pour un voyage dans les contrées obscures du burn-out entrepreneurial. 
Celles où on peut vite s’éteindre dans l’indifférence & l’ignorance générales… 

Et parce que si l’article de concerne ton temps est particulièrement précieux, tu peux choisir de me lire, de m’écouter, ou de me regarder 😉 

Ecoute-moi :

(tu peux aussi me retrouver sur iTunes)

Regarde-moi :

Lis-moi :

Ce burn-out solitaire… 

Je ne vais pas faire un énième cours sur le burn-out, c’est déjà l’histoire de mon site 🙂 

Les 3 choses à savoir sur le burn-out, sur tous les burn-out :

  1. C’est un épuisement qui est la conséquence d’un stress chronique
  2. Il est toujours lié à des attentes trop élevées par rapport à nos ressources
  3. Et le plus difficile est de savoir le détecter et s’arrêter à temps. 

Petit rappel pédagogeek (à retrouver dans cet article pour en apprendre plus) :

Règle bonus : se répéter régulièrement ces 3 règles. 
Ou leur version Mogwaï.

Les règles mogwaï du Stress Fighter (on comment ne pas se transformer en méchant Gremlins ou en Working Dead)
Parce qu’on oublie vite… 

Et on se retrouve vite avec un Bullet Journal surchargé, un Gremlins enragé (et ses fringales nocturnes), une to do list qui n’en finit pas, des journées interminables, et cette frustration de s’épuiser sans assez avancer…

Hier, j’ai partagé mon désarroi de Khaleesi des Stress Fighters qui se sent bien plus armée face aux dragons avec ses crayons que face au harcèlement de sa banque… mon plus grand vampire énergétique actuellement, mais pas le seul, c’est un peu la Khaleesi contre les vampires en ce moment… 
Dans un facebook live du groupe des étudiants de l’Académie Zérolimite j’expliquais combien je me sentais perdue, alors que mon activité commence à avoir une vraie viabilité financière, et c’est cool, mais juste assez pour me priver de mes indemnités quand l’argent gagné couvre tout juste mes frais d’avocate et ma future formAction de stress-défense, à tenir face à cette pression qui n’en finissait pas. Ce fameux stress chronique. Celui qui peut conduire au burn-out. 

Attentes.
Ressources. 

Energétiques.
Personnelles.
Financières. 
Professionnelles. 
Familiales…

Attente extérieures, avec ces parcours de rêve qu’on nous partage.
Ces modèles de parentalité positive.
De réussite entrepreneuriale. 
Qui semblent simples, si simples. 
Des formules magiques, des recettes… 
La semaine de 4 heures, vraiment ? 
Quand le sage te montre la lune… interroge-toi sur le sage 😉 

Attentes intérieures aussi. 
Ces projets qui se cumulent. 
Cette panique quand les choses n’avancent pas comme tu le voudrais. 
Quand Pole Emploi, dépassé par la réforme de janvier, met des semaines à te payer. 
(si tu es entrepreneure et que tu touches les indemnités Pole Emploi, j’ai enfin réussi à regrouper toutes les infos pour s’actualiser et être payé à peu près à temps, elles sont ici, n’hésite pas à les partager)
Quand tu reprends tes activités de graphiste, en plus de la stress-défense et du sketchnoting, parce que tu ne sais pas quand/si tu vas être payée. 
Et que tu kiffes ça, parce que j’ai réalisé que le graphisme me manquait, vraiment. 
Mais que c’est juste trop. 

Attentes.
Ressources. 

 

S.T.O.P.

S.T.O.P., c’est pour « Se Taire et Observer Patiemment« . 

C’est LE system check indispensable en stress-défense, celui où tu contrôles l’état d’oxydation de tes batteries.
C’est ce moment où tu fais le point sur tes attentes, et où tu vérifies tes ressources. 
Et où tu adaptes tes activités à ton niveau d’énergie disponible, ou bien tu décides d’appuyer sur « pause »… 

Oui, mais où est le bouton pause quand on est maman ? 
Entreprepeur ? 
Ou le super-combo : mumpreneur ? 

Pas d’arrêt de travail. 
Pas de congés payés, ni d’arrêt maladie. 
Pas de bouton pause sur un Mini Geek.
(éventuellement la tétine, mais c’est très aléatoire d’après mes expérimentActions…)

LE vrai problème des burn-out entrepreneurial et maternel, ce sont les conséquences de l’arrêt.

Difficilement envisageable en tant que maman, ou alors il faut être bien entourée et pouvoir passer le relais.
Avec de lourdes conséquences quand on est entrepreneur, et qu’on tente de déployer son activité. 
Et cette (sur)charge mentale. Omniprésente. Permanente. Vampirisante.

Et pourtant, que ce passe-t-il si on passe du côté obscur ? 
Qu’on arrive au burn-out ? 
Qu’on s’effondre ? 

Un stop.
Un vrai.
Violent.
Et à durée indéterminée.
(mais longue, encore plus quand tu as déjà collectionné les burn-out…)

C’est pour ça que le S.T.O.P. est fondamental. 

Essentiel. 

Et parce que nous sommes des Maîtres du Je(u), faisons qu’il soit choisi plutôt que forcé 😉 

Ce week-end, c’était le live de l’Académie Zérolimite.
3 jours de folie, d’inspirAction, d’énergie… sans moi.
Pas de live pour moi cette année.
Je sentais bien ne pas avoir assez d’énergie pour ces 3 jours de folie, pas de garde de Mini Geek aussi…et d’autres engagements perso à base de petits pots & de déco de futur chez nous qui is coming…
(en collaborAction avec une académicienne justement, on peut faire toutes sortes de collaborActions via l’AZ, et pas que pro, c’est une vraie grande famille !)

Et si je suis très heureuse de vous annoncer qu’en ayant suivi toute la formAction de Martin Latulippe de A à Z, même sans avoir encore tout mis en place de ce fabuleux enseignement qu’est l’AZ, je viens de faire le premier mois où je gagne autant que ma vie d’avant. Sauf que nageant depuis 7 ans dans des eaux obscures à base de galères financières de prêt impossible à rembourser, de procès et de surendettement, acteurs engagés de 2 de mes 3 burn-out… Et bien le mois gagné part intégralement à ma nouvelle avocate, en même temps qu’il me prive d’un mois complet d’indemnités… Un horizon plutôt obscur, même s’il y a aussi de très beaux projets qui are coming… 

Je sais que je vais m’en sortir (this too will pass…), mais difficile pour moi d’aller faire la fête cette année.
Et pas forcément envie au moment des déjeuners et afters de me demander comment vous suivre en devant jongler entre pôle emploi et l’avocate… 

Donc j’ai aussi choisi de me préserver pour préparer mon futur événement qui is coming, avancer ma migrAction de plateforme de mailing & formAction, et à défaut d’avoir sketchnoté ces 3 jours, ce que j’aurais adoré, j’ai pu partager les conclusions de mon explorAction de mon nouvel outil de partage de formAction (ou pas, mais c’est une autre histoire).

Même si j’avoue que le week-end a été partagé émotionnellement, entre le fait de savoir avoir pris la bonne décision pour me reposer et me préparer pour mon événement de stress-défense spécial semaine de la QVT, et la frustrAction de ne pas avoir autant profité de ces 3 jours pour avancer comme je l’aurais souhaité, et la déception de ne pas revoir ma famille de l’AZ… c’est ça aussi, savoir dire S.T.O.P.

A la place j »ai médité, marché, nagé, dessiné… 
Et c’était le chemin qui me fallait.
Dans cette quête d’équilibre fragile qu’est la stress-défense post burn-out… qui vaut aussi pour l’AZ :

S’écouter.
S’adapter.
Avancer.
Célébrer.

Le défi de l'Académie Zérolimite
Dixit Martin, lors de « mon » live de 2016. 
Et je vous le confirme, mais pour l’avoir infusé et diffusé jusqu’au bout, je vous le dit aussi : c’est formAction marche, vraiment, c’est même de la dynamite, mais la priorité reste toi, ta préservAction, toujours. 

Parce que tu es ton SIMs préféré. 

Et que quand tu choisis le je(u) de l’entrepreneuriat, ou d’ajouter un Mini Geek dans ta partie, tu as quand même de sacrées responsabilités dans ta quête de Maître du Je(u) 🙂 

Et je te le dis : un grand BRAVO, du fond du cœur ! 

Tu es là. 
C’est peut-être difficile, mais tu me lis. 
Tu as battu tous les monstres, tous les trolls, tous les obstacles, pour me lire. 

MERCI. 

Alors laisse-moi te donner ce conseil, qui sera bientôt collaborActif car c’était le sujet d’une interview poignante, passionnante et Ô combien inspirante de mon amie Eva qui raconte des histoires et te rappelle elle aussi, avec ses mots magiques, qu’il faut savoir s’écouter, se préserver, et surtout : demander de l’aide. 

 

Demande de l’aide ! 

Demander de l’aide, c’est LA solution quand tu sens que tout s’accélère…
Et que tu perds le contrôle… 
Tu sais, comme dans Tetris à la fin 😉 

Alors hier, j’ai demandé de l’aide.
Dans une vidéo live, dans le groupe de l’Académie Zérolimite.
Une vidéo supprimée depuis.
Mais entendue, même sporadiquement. 

J’ai reçu de très beaux messages de soutien, et bien plus encore, et des conseils qui ont hélas disparu avec ma vidéo live… peut-être pas assez vendeuse, ou trop terre à terre, trop en décalage avec l’euphorie du live que sais-je… et peu m’importe à vrai dire, chacun ses règles du jeu sur son territoire, c’est une des règles de la stress-défense, mais il y a quelque chose qui me gène malgré tout… 
Je pense que la prévention du burn-out entrepreneurial, et mumpreneurial, passe aussi par ces partages des moments difficiles, d’où cet article que je sais devoir écrire aujourd’hui. 
Pas dans un groupe fermé. Pas pour être censurée. Ici. Pour toi. Pour moi. Pour tous. 

Parce que le burn-out ne doit pas rester dans l’ombre. 
Parce que le vrai problème du burn-out, c’est que quand on fait un burn-out, on est seul. 
Ce burn-out dont-on-ne-prononce-pas-le-nom te fait disparaître de l’entreprise.
Balayée, évacuée, et au moment où tu es à terre, littéralement, affalée sur le canapé, tu es seule. 
Et tes cendres sont bien vite balayées et cachées sous le tapis de la société, parce que c’est sale un burn-out… 

Schéma classique en entreprise, hélas. 

Plus surprenant dans l’entrepreneuriat, à vrai dire. 
Je ne crois pas qu’il faille laisser le burn-out entrepreneurial dans l’ombre. 
Et masquer un problème ne vas pas le résoudre, bien au contraire. 

C’est d’ailleurs ce qu’a superbement illustré un conférencier de mes amis, Michel Poulaert, dans une magnifique allégorie du burn-out, à base non pas de Tetris… mais d’un sac poubelle 🙂 


Une vidéo magnifique… d’un sensibilisActeur qui a lui aussi rejoint récemment la team des « PapaPreneurs » 😉

Alors je ne vais pas pouvoir te partager mon témoignage de mumpreneur burnoutée.
Parce que même si cette période est particulièrement difficile, et que tous mes warnings indiquent que je flirte dangereusement le long de la fine frontière entre les contrées obscures envahies de mes vampires énergétiques, j’arrive à me maintenir à flot, plus ou moins facilement selon la densité de vampires et de trolls à gérer, en utilisant sans modérAction mes outils de Khaleesi des Stress Fighters, mes outils de Stress Fighter à toute heure.
(et je peux le dire : ça marche, et heu-reu-se-ment qu’il sont là…)

Mais ce témoignage existe, il est l’oeuvre de ma collaborActrice et amie Ka de Boîte Crânienne.
Ka qui a connu le burn-out entrepreneurial en montant sa première boîte, avant de ce lancer dans une nouvelle quête avec Boîte Crânienne (une boîte crânienne efferveSciente avec qui j’ai des neurones en commun 😉 )

Elle nous partage sa traversée du burn-out entrepreneurial, format trilogie, à haute teneur garantie en sensibilisAction : 

Ce témoignage je le relis régulièrement, de même que je me laisse parfois surprendre par la pertinence des citActions qui sont postées aléatoirement sur ma page EfferveScience… La stress-défense est un éternel recommencement, une quête permanente, dont il est important de se rappeler les clés… 

Ce témoignage je l’ai aussi écouté et sketchnoté en live, à l’occasion d’un Samedi du Burn-Out

Samedis du burn-out, burn-out des entrepreneurs par Ka di Fusco de Boîte Crânienne@ infuser & diffuser sans modérAction !

A gauche le côté obscur, les pièges. A droite tes armes de stress-défense. 

La solution ?

Objectif : Je(u) !

Oui, le Je(u) est partout.
C’est LA base.
 
Je : toi.
Jeu : le plaisir. 
 
Ce je(u) de mot qui m’accompagne depuis maintenant 2 ans ne cesse de me surprendre par sa pertinence…
C’est ma boussole, et mon parachute. 
C’est ma potion de préservAction, mais aussi le cocktail qui me fait avancer. 
 
Il est partout. 
Et si jamais je l’oublie, l’univert se charge de me le rappeler… 
 
Objectif jeu
 
Comme quand cette jolie flèche verte (l’infini et au-delà) me rappelle que oui je suis dans la m***** financièrement, mais l’objectif reste le fun, le je(u) ! (merci la team On Veut Tout
 
Je(u).
Attentes.
Ressources.
Et Game of Thrown. 
 
Des attentes ?
Ok, je fais le point sur mes ressources !
 
Alors… 
Endettement : 150%.
Vampires énergétiques : beaucoup trop.
2 ans 1/2 à tenter de clôturer un prêt immo. 
Pour un appart vendu en 2015.
10000€ de perdus à ce jour.
2 burn-out (sur les 3, rendons à César…)
Une avocate perdue.
Une de retrouvée.
(Et ça suffit, qu’est-ce que je ferais de 10 avocates ?!)
Très peu d’espoir de récupérer quoi que ce soit.
Un gros flou sur quand cette histoire s’arrêtera. 
Le risque de dégager de l’achat de notre futur chez nous.
Et la confirmation que cette situation n’aurait pas du exister. 
Juste pour la partie « trolls ». 
+ 1 Mini Geek, mes clients, mes coachés, mes missions de graphisme et sketchnoting qui mettent de la créActivité (et du beurre) dans mon activité, les ressources que je veux partager, une migrAction technique à terminer, un événement à promouvoir, des supers projets qui is coming,
Bref : chargé.
Trop chargé. 
 
Objectif : liquider les vampires énergétiques. 
 

En attendant un environnement de je(u) moins mouvementé, j’essaie d’élaguer mes engagements, de les étaler dans le temps, et de combattre SuperFection pour tenir mes dates à venir et réduisant le nombre de projets avec lesquels je jongle actuellement, bien trop déraisonnable (mon BuJo n’est pas du tout stress-défense en ce moment… quand je vous disais que le BuJo est un très bon outil d’alerte )

Je conçois que ma situation financière ubuesque ne fasse pas rêver, et pourtant j’ai survécu à 7 ans de surendettement en passant 3 fois par la case burn-out, et j’en suis plutôt fière… même si j’aimerais bien que ça S’ARRÊTE maintenant ! 
Si je pouvais passer à un niveau de je(u) avec moins de trolls et de boss à affronter ce serait quand même sympa. 

Et au quotidien ?

Cohérence cardiaque, c’est LA base, et chaque jour des petits pas pour avancer ET pour ma mission ET pour me sortir de mes galères ET pour mettre un peu de repos dans tout ça… A dose homéopratique, en fonction du temps imparti (les participants deStress Fighter @ toute heure savent 😉 )
En gros je mets en pratique mes outils, car hélas on l’oublie trop souvent… à commencer par ma potion de stress-défense : activités vampirisantes autant que faire se peut équilibrées par des activités ressourçantes (oui, il y en a des gratuites).

Pour les autres outils de stress-défense, RDV jeudi prochain pour Mission Game of Thrown édition QVT
Les livrets sont partis en impression hier, j’ai hâte de vous les montrer, et je me suis engagée avec moi-même, et contre SuperFection, à ne pas ajouter plus de 3 diapos spécial édition QVT, car tout est déjà là, et « fait est mieux que parfait » (et BIM SuperFection !)

Et demander de l’aide.
En espérant ne pas être censurée.
Sinon : recommencer.
Ailleurs.
Autrement. 
 
Et sensibiliser, encore.
Comme pour Marguin Design en facebook live pour sensibiliser les entrepreneur(e)s.
Non, être en permanence en stress et sous pression n’est ni une norme ni un objectif, bien au contraire. 
 


A retrouver sur le site d’Aurore de Marguin Design

Pour faire le plein de ressources de stress-défense et télécharger le guide « Burn-out les règles du je(u) »
Les 20 signes que burn-out is coming 
LA formAction « Stress Fighter @ toute heure » pour construire sa journée de stress-défense personnalisée

Je suis une Khaleesi déterminée, et je tenais à ce partage, à cet article, car il est un nouvel exemple de Game of Thrown, et de l’importance de partager ses difficultés, alerter, et ne pas s’isoler.

 

Nous sommes des FAMEs du Milieu

Nous sommes des Femmes du Milieu.
Paradoxales. Ambiguës. Entières.
Nous sommes des F.A.M.E.s

Femmes.
Amoureuses.
Mères.
Entrepreneuses. 

Nous sommes des FAMEs

 

Les FAMEs ce sont les femmes qui veulent tout, sans s’épuiser.
Avec qui je partage des conseils de stress-défense pour femmes entrepreneuses sur Radio On Veut Tout. 
Une radio collaborActive, parce qu’ensemble on est plus fort. 

Que tu sois entrepreneur(e), maman ou mumpreneure, ne reste pas seul(e). 
Trouve du soutien, des ressources, des réseaux, comme le super groupe de mon amie Mylène, les Kaizenpreneurs, un nom intrinsèquement stress-défense qui partagemotivAction et conseils tout en douceur et zenitude. 

Constitue un groupe mastermind, que tu retrouveras régulièrement pour partager tes questionnements et tes avancées, des enterpreneur(e)s comme toi, pas forcément dans la même thématique, au contraire, la complémentarité est une richesse. 

Rejoins des Cercles, des réseaux, des espaces de coworking, des groupes d’entrepreuneurs, ou mieux, de Kaizenpreneurs… 
Trouve des collaborActeurs pour partager des projets, et ne pas tout porter en restant isolé(e). 
Rejoins ma team de Stress Fighters pour faire le plein de conseils de stress-défense. 
Construit ta journée de stress-défense personnalisée avec Stress Fighter à toute heure. 
Choisis les bon outils aussi, c’est super important pour te simplifier le quotidien sans faire exploser les coûts… je te partage justement mes outils dans ces article 😉 
Fais-toi accompagner pour construire ta stratégie de diffusion de tes idées efferveScientes… mais aussi de préservAction.
Rejoins-moi pour apprendre à traverser les flammes des dragons et des vampires énergétiques sans te transformer en Marcheur Blanc pour Mission Game of Thrown. 

Parce que nous sommes sommes des FAMEs. 
Des Khaleesi.
Fortes.
Vulnérables.
Inspirantes.

Et nous avançons, toujours.

Parce que notre quête de mumpreneurs n’a pas l’option démission.
Mais elle a une obligation : la préservAction. 

Avancer. 
Un peu chaque jour.
Tout les jours. 

A ton rythme. 
Avec des S.T.O.P.
Pour t’écouter. 
T’adapter.
Te préserver. 

S’écouter.
S’adapter.
Avancer.
Célébrer.

Mettre du je.
Du jeu. 
Et se reposer.
 
Mission préservAction, Maître du Je(u) 🖖 
 

Tu es ton SIMs préféré

Pour devenir un vrai Stress Fighter et échapper au burn-out

Télécharge ton guide de survie gratuit « Burn-out, les règles du Je(u) » !

My Happy Job au pays de la QVT

My Happy Job au pays de la QVT

Mission inspirAction au pays de la QVT avec Fabienne Broucaret !

Fabienne est la fondActrice de My Happy Job, un webzine qui propage le bonheur au travail, et dont tu vois régulièrement passer les articles si tu me suis sur facebook ou LinkedIn 😉

My Happy Job c’est :

  • de l’inspirAction et des solutions efferveScientes & stress-défense pour le bien-être des collaborActeurs
  • un annuaire du bien-être au travail, avec des pro de la quête du bonheur qui peuvent intervenir en entreprise
    (dont j’ai le plaisir de faire partie, jette un œil à ma fiche perso)
  • une dose d’inspirAction hebdomadaire, tous les mardis avec la newsletter qui envoie du bonheur ! 

J’ai eu le plaisir d’interviewer sa fondActrice, Fabienne Broucaret, qui nous raconte l’histoire dont elle est l’héroïne. 

Une histoire qui passe par My Happy Job, mais aussi par un tout nouvel ouvrage de stress-défense dédié à la déconnexion, des conférences, des projets collaborActifs pour la semaine de la QVT, et le plein de conseils de préservAction pour mener tous ces projets sans s’épuiser !

 C’est parti pour le plein d’inspirAction avec Fabienne Broucaret : 

Pour faire le plein d’inspirAction RDV sur My Happy Job

Mission déconnexion 

2h chrono pour déconnecter (ET se retrouver), c’est la promesse de l’ouvrage co-écrit par Fabienne Broucaret & Virginie Boutin chez Dunod, qui signe toute une collection de stress-défense pleine de pep’s et d’inspirAction ! 
(si tu as connu la fac de Sciences, ou à peu près toutes les facs, tu sais que Dunod ce sont LES livres de cours, mais plus que, et pas qu’un peu !)

2H chrono pour déconnecter et se retrouver

Au programme la traversée de 25 univers pour prendre conscience de son hyperconnexion, et surtout agir pour déconnecter et remettre plus de je(u) dans sa vie.

Avec des chiffres pour (ré)agir, des infos & conseils pratiques, mais aussi des exercices et des ressources pour passer à l’action ! Comme cet excellent exo où tu vas pouvoir créer les conditions du burn-out idéal 😉 

Avant d’aller compléter le livre-journal de Marina Bourgeois pour récupérer…. 

Mais tu peux aussi choisir de t’arrêter à temps, en commençant par télécharger ton guide gratuit « Burn-out les règles du Je(u) », moi je dis ça… 😉 

Surtout que :

QVT is coming

C’est bientôt la fête au Pays de la QVT ! 

Du 11 au 15 juin c’est la semaine de la Qualité de Vie au Travail. 

Tu sais, celle où on te parle de babyfoot…  
(et de maxifoot aussi cette année, il parait que coupe du monde is coming aussi…) 

Ou pas. 

Au pays de la stress-défense, Fabienne t’as concocté une édition spéciale de My Happy Job pour parler de Qualité de Vie au travail, en mettant à l’ouvrage toute la team « Bien-être au travail », pour un numéro spécial innovAction  et QVT !

Pour ne rien rater rejoins la newsletter, et tu découvriras ma contribution… illustrée 😉 

Il se peut même que je te donne LA recette de la QVT… (rien que ça)… et que je casse du baby foot aussi ! #teaser

Baby foot et QVT, le match perdantPetit extrait de ma contribution, ou pourquoi le baby-foot n’est PAS la formule du bien-être au travail…

Et pour de la sensibiliSaction IRL* j’ai le plaisir de ressortir mon costume de Khaleesi ET mes dragons pour une nouvelle édition de « Mission Game of Thrown » spécial semaine de la QVT !
*IRL = In Real Life, dans la vraie vie 

Ce sera le 14 juin, en soirée, dans les locaux de CoWanted, et je t’ai préparé un petit teaser pour t’en dire plus : 


Infos & réservAction

Les défis efferveScients qui t’attendent dans cette quête dont tu es le héros (ou l’héroïne) : 

  • Détecter les signes que burn-out is coming.
  • T’arrêter à temps et échapper aux Marcheurs Blancs.
  • Apprendre à traverser les flammes des dragons. 
    (quand d’autres marchent sur des braises nous on va traverser des flammes, next level !)
  • Apprendre à lâcher prise, le fameux Game of Thrown (oui oui, il y a un mode d’emploi !)
  • Élaborer ta potion personnelle de stress-défense.
  • Révéler ton joyau, ta pierre de dragon pour résister à l’envahisseur.
  • Et bien plus encore… #teaser

On se donne RDV le 14 juin !
Et même que la France ne joue pas le 14 juin (ouf !)

Et si tu n’es pas sur Paris, ou que tu veux encore plus d’inspirAction pour la semaine de la QVT, My Happy Job a un agenda pour ça 😉 

A toi de jouer, Maître du Je(u) ! 

Aperçu livret Mission Game of ThrownUn petit aperçu du livret de Maître du Je(u) qui t’attend le 14 juin… 

Pour affronter les dragons et devenir un Maître du Je(u),
RDV  le 14 juin pour Mission Game of Thrown !

May the Force… ou pas.

May the Force… ou pas.

Mai est le mois des Maîtres du Je(u) !
Des Padawans de la stress-défense ! 
Des Jedi de la préservAction !

Avec en point culminant…

La fête du travail ?

Non !
Pas que.
Pas dans mon univers pédagoGeek en tout cas 😉

Au mois de mai, le 4 plus précisément, il y a… MAY the FOURTH !

Et pour May the 4th qu’est-ce qu’on dit à ses Stress Fighters préférés ?

May the Force be with you... ou pas
(c’est le dessin de ma page de Mai de Bullet Journal)

MAY the Force be with you, Maître du Je(u) !

En ce jour spécial pour tous les geeks de l’Univers (l’infini et au-delà), qui est directement aligné avec la planète du 1er Mai et sa Fête du Travail, je n’ai en fait pas envie de parler de Force, mais de Je(u).

Parce que le Je(u) EST la Force.

Toi, le Je.

Le plaisir, le Je(u).

Le Je(u) est le remède au burn-out.
Le Je(u) est la formule du bonheur au travail.
Le Je(u) est la recette du bonheur dans tous tes Univers.
Oui, on a tous 5 Univers, si tu veux qu’on les explore ensemble on peut faire équipe 🙂 !

Le Je(u) même une réponse au Côté Obscur de la justice.

C’est ma dernière découverte, alors que j’errais assez désespérée dans les méandres financiers encore plus obscurs que le Dark Side, et en plus il n’ont même pas de cookies…

Avec de la pédagogie pour épée, de l’humour pour bouclier, j’en ai même fait un nouveau format d’article, plein d’illustrActions efferveScientes pour mettre plus de je(u) dans un sujet qui pourrait ressembler à Dark Vador… 
Monte dans mon vaisseau spécial pour parcourir la Galaxie fort fort lointaine et très très obscure de la justice si tu ne l’as pas déjà lu 😉 

Promis on va bien s’amuser, tiens regarde un extrait PILE dans le thème du jour :

(la suite des illustrActions ET mon autoportrait dans l’article)

L’occasion pour moi de te faire une annonce officielle…

*petit suspens*

JE REPRENDS LE GRAPHISME !!!

Mon grand kiff mon Je(u) préféré, c’est la créActivité, et le dessin aussi.

J’ai été graphiste en agence, puis photographiste en freelance quand je cumulais le graphisme et la photo de concert en indépendante (en plus d’un triple poste salarié, ou comment découvrir le monde merveilleusement obscur du burn-out…), webmaster, chargée de com, conceptrice pédagogique, responsable e-learning… #TeamMultipote

Bref, toujours du côté visuel de la force !

Et pour que le travail reste un Je(u), il faut aussi qu’il soit rémunérActeur… sinon c’est vite la galère, et je sais de quoi je parle #MissSurendettementAuRapport

C’est pour ça que depuis quelques mois, pendant que je lutte contre le Côté Obscur de la justice qui n’en est pas une, avec la réforme Pôle Emploi, mon surendettement et toute la (sur)charge mentale qui vient avec ce super combo de-la-mort-qui-tue, pour compléter mes coachings & ateliers, j’ai remis ma casquette de graphiste !
Avec en plus mon nouveau costume de sketchnoteuse efferveSciente 😉

Et tu sais quoi ?

Non seulement j’adore ça, mais c’est aussi à la fois reposant, inspirant, ressourçant, et un chouette complément à ma mission de sensibilisActrice au burn-out.
Parce que si la sensibilisAction au burn-out est ma mission, elle reste dans un univers plutôt obscur, même si je m’efforce de l’éclairer de mon flambeau de Khaleesi des Stress Fighters…

Alors l’égayer en sketchnotant des formations et conférences, créant des logos, des masques PowerPoint pour faire de jolies citActions, et même une mascotte : je kiffe !

C’est ça, le SuperPouvoir des Maîtres du Je(u) qui créent leur quête et font ce qui leur plait : pouvoir changer de costume à sa guise, choisir ses missions, et ressortir les crayons 🙂

Faire ce qu’on aime, à son rythme, et en vivre.

Mais mais mai, ça ne ressemblerait pas à un Ikigai ninJaponais ça ?!

Si je le dessinais ? 

Une étiquette pour les unir toutes : ma future carte efferveScienteUne étiquette pour les unir toutes : ma future carte efferveSciente 

Stress-défense, efferveScience, coaching créActif, sketchnoting, carnets… pourquoi choisir ?

Donc n’hésite pas à me contacter si tu as besoin de sketchotes & visuels efferveScients !

Et surtout profite de ce May the Force be with you pour te poser cette question :

Comment pourrais-tu toi aussi mettre plus de Je(u) dans ta vie ?

Car comme le dit si bien le proverbe :

En mai fait ce qui te plait 🙂

Parce que la Fête du Travail est une histoire de Je(u) dont tu es le héros, ou l’héroïne, cette année j’ai pensé « Mue Gaie » plutôt que muguet…

Muguet VS mue gaie

Et oui si tu te posais la questions c’est bien « fait ce ‘qu’il’ te plait » l’expression consacrée, mais je ne suis pas tout ça fait d’accord…

Faire ce qu’il nous plait, c’est n’en faire qu’à sa tête.
Et c’est bien, de s’écouter et de s’éclater, mais ce n’est pas forcément LE bonheur à long terme.

Ce n’est qu’une pétale éphémère de cette fleur personnelle qu’est ton Ikigai.

Surtout qu’entre nous, c’est souvent quand au fond de nous ça ne va pas forcément très bien qu’on va chercher ce genre de compensation, non ? #jeplaidecoupableperso

Alors que faire ce QUI te plait, ça c’est du vrai Je(u) !

Alors, Maître du Je(u), qu’est-ce qui te plait ?

Et là je te renvois vers ZE outil magique pour trouver sa quête de Maître du Je(u), mon outil favori, l’Ikigai 😉
Sans oublier sa dose de préservAction, pour éviter de t’épuiser dans ta nouvelle quête de Maître du Je(u)… 

Car attention, mettre plus de Je(u) dans sa vie peut entraîner un débordement de Force !

May the Force be with you, mais mission préservAction aussi 😉

On peut vite s’épuiser sur un métier vocation, une nouvelle mission, un nouveau je(u), une quête personnelle après un burn-out… mais heureusement je suis là pour toi 🙂

A toi de jouer, Maître du Je(u) : en mai, fait ce qui te plait !